26 mars 2009

Loop - Fade Out (1989)

On s’extasie actuellement, à juste titre, sur les Black Angels et leurs deux albums imposants et sans failles, aussi psychédéliques que massifs, complètement envoûtants et qui, de surcroît, font le pont entre époque révolue (entre autres, les Doors et la fin des années 60), épopée shoegaze et noisy (la fin des années 80 et le début des années 90 avec des groupes tels que My Bloody Valentine et The Jesus and Mary Chain), et période actuelle consacrée à un retour significatif vers une forme de psychédélisme à la fois sonique et aérien (Aqua Nebula Oscillator, One Switch to Collision,…).
_

Si cet engouement est plutôt justifié, il ne doit cependant pas nous faire oublier qu’il y a tout juste deux décennies, des Anglais insoumis et adeptes d’un son répétitif jusqu’au jouissif allaient, en quelques albums toujours étincelants et malgré un line-up changeant, imposer un univers lui aussi soniquement indomptable, colérique, souvent enlevé, en d’autres occasions plus spatial. Il s’agit, vous l’aurez compris, de Loop, dont ce Fade out constitue le meilleur exemple, la preuve la plus significative, de l’excellence à toute épreuve.
_
Entre coups de boutoir incoercibles ("Torched" et ses stridences guitaristiques salvatrices), tentatives plus modérées et tout aussi intenses ("Black sun", superbe morceau introductif), et rock’n’roll sombre teinté shoegaze ("Vison strain"), sans omettre un penchant affirmé pour des embardées célestes façon Hawkwind ("Mother Sky"), Loop séduit sans coup férir et nous livre là un album qui nous rappelle de façon brillante et magistrale qu’avant ce revival psyché certes valeureux, d’autres formations œuvraient déjà, avec un talent renversant, dans un créneau similaire.
_
On peut donc profiter sans honte des albums, étincelants et sans concessions, d’A Place To Bury Strangers, The December Sound et autres… Black Angels, le talent de ces derniers n’étant plus à démontrer. Mais avant cela, un retour aux sources s’impose et par conséquent, il est inconcevable d’éviter ce disque de la plus haute importance, séminal et influence indéniable des trois groupes précités et de bien d’autres encore, fussent-ils actuels ou plus "datés".
_
En bref : un album dont le contenu synthétise, sans aucun faux-pas et de façon passionnante, vingt ans ou plus d’un rock incluant plusieurs options stylistiques.

_
_

Le Myspace
_
A lire aussi : The Black Angels - Concert à Tatry, Bordeaux, le 06/12/08
_
"Torched" :

10 Comments:

Dave said...

Bienvenue sur Dodb, PSYCHO !

Fabien said...

Salut Psycho !

HIPHOP said...

Salut et bienvenue!!
ton pseudo est vachement mieux que le mien...
Les black angels ne m'ont pas vraiment emballé mais je vais écouter ton Loop.
à +

Nickx said...

Même avis que HIPHOP concernant les Black Angeles !

Sinon, bienvenue à toi Psychocandy !

Ta chronique est très accrocheuse !

Comme tu dois l'imaginer, je suis assez fan de ton pseudo !!

A*

Nickx said...

Sinon Ju, plus qu'une fille à trouver et on tient un bon line-up, là !

PSYCHOCANDY said...

Un grand merci à vous tous! A très bientôt évidemment...

Will

Antoine said...

Salut !

Emmanuel said...

Salut Psychocandy. Je suis bien heureux de lire ta chronique, car je dois avouer que Loop m'étaient totalement inconnus... Merci.

PSYCHOCANDY said...

C'est un plaisir! ;)

Nickx said...

Quelle entrée en fanfare !

Psycho ! Psycho !

Moi je dis : vivement la prochaine chronique !