29 avril 2014

Mac DeMarco - Salad Days (2014)

3ème album studio pour le jeune canadien de 23 ans, Salad Days entend surfer sur la douceur d'un flegme emprunt d'oisiveté et de sérénité. Exaltant un cadre autrement plus chaleureux mais non moins majestueux que celui de sa natale Colombie Britannique, Mac DeMarco livre un disque accessible et mélodique, où la simplicité des arrangements se fond dans un songwrigting agréablement épuré.
D'une réputation fantasque, le déluré personnage surprend par un ton qui oscille entre mélancolie, malice et frivolité. Le timbre apposé sur l'ensemble du disque se confond ainsi avec nuances dans une humeur lo-fi aux ondées psychotropiques. On repense au dernier Connan Mockasin pour la sonorité kitch des cordes de guitare ou aux Beatles pour cette sensibilité pop épidermique comme sur l'entêtant "Passing Out Pieces". Salad Days semble ainsi se définir comme le parfait atelier d'un artisan, qui n'a guère à forcer son talent pour produire en série des morceaux à la sagacité mélodique probante malgré leur éphémérité. S'il est vrai que Mac DeMarco lâche la purée un peu vite, c'est que la plupart des pistes relèvent du petit orgasme auditif. 

Réussir à frapper l'oreille par la voie de la torpeur et de l'indolence n'est pas chose aisée, mais le trublion réussit en l'espace d'une demie heure à matérialiser une oeuvre aux mélodies aussi enivrantes que désarmantes. Profitant d'un songwriting moins disloqué que sur son dernier essai, 2, Salad Days affirme une certaine maturité dans la direction ordonnée aux morceaux. "Brother" vous poussera ainsi dans le vice de la paresse avec une déliquescence certaine tandis que "Chamber of Reflection" tourne au ralenti à la manière d'une boule à facette, douce glissade érotique vers le laisser- aller.


Disque un peu schizophrène en soi, affichant une mélancolie clivante avec les habituelles simagrées du jeune homme, Salad Days s'affirme comme le projet de "pop moderne" le plus cohérent et le plus abouti de Mac DeMarco, prolongeant le continuum de l'auto-production via le label Captured Tracks, qui laissa l'artiste maitre de son œuvre, libre et indépendant. L'iconoclaste personnage semble ainsi avoir trouvé un équilibre suffisant pour s'affranchir de la branche comique dont on l'affublait, à tord et à raison.Take it slow Mac !

En Bref : Mac DeMarco confirme avec Salad Days tout son savoir faire pour composer des ballades insolentes de facilité, esquissées par une guitare sèche achetée pour une bagatelle. La preuve que le talent ne s'invente pas. 





15 Comments:

Dave said...

Belle chronique. Pour moi "Salad Days" est pour l'instant le disque pop de l'année, je suis archi-fan ! Ma préférée : "Goodbye Weekend"

Bouddhanight said...

Merci Dave, super album en effet, minimal comme il le faut et qui va directement à l'essentiel !

Bouddhanight said...

Documentaire inédit et tout frais sur le grivois personnage https://www.youtube.com/watch?v=JStLz_vkEm8

Nickx said...

Pas trop accroché en fait !

Ju said...

Comment ça pas trop accroché ?! Nickx nettoies toi les oreilles ( ; J'étais persuadé que c'était pour toi ça pourtant..

Bouddhanight said...

Nickx je vais commencer à croire que t'as un problème avec la jeunesse

Nickx said...

Pourquoi Bouddha ? Actuellement je suis à fond dans Ty Segall et Kurt Vile, qui ne comptent parmi les vétérans - même si Kurt est plus âgé !

Et non désolé les mecs : pour être franc, je n'avais écouté que des singles ou des liens en stream, et là je viens de m'enquiller l'album.

Bon. "Salad Days" (le morceau) est un habile démarquage de Picture Book des Kinks, mais bof...

En fait je ne trouve pas les mélodies de ce disque aussi captivantes que vous, je trouve même l'ensemble assez (trop) uniforme, avec un détachement, un son de guitare qui ne change jamais (un peu comme pour le chorus pénible et permanent de Conann Mockasin) etc...

Je trouve au final ce disque plutôt fade, mais qu'à cela ne tienne....restons amis ::))

Bouddhanight said...

Sans aucune rancune Nickx :)

Nickx said...

Je sais bien mec !

D'autant qu'on se rejoint sur pas mal de trucs !

Nickx said...

Une chose est acquise : avec ses déjà 10 posts en un peu plus de deux semaines, Mac DeMarco et son "Salad Days" peuvent dès à présent concourir pour le record du plus grand nombre de commentaires sur une chronique 2014 ! :))

Dave said...

On parle beaucoup de jeunisme, mais est-ce que le terme "vieillisme" existe ? Je me posais cette petite question sémantique en lisant les posts de Nickx...

Ju said...

On peut rester amis mais frères je sais pas ( ;

Nickx said...

Pt1, mais qu'est-ce que vous leur trouvez de vieux à mes posts ou à mes goûts musicaux ?

En tant que doyende DODB, je suis un peu la caution oldies dans mes chroniques de disque,

mais j'ai également tapé l'incruste chez les minots de La Femme récemment!

Minots ? Ils pourraient tous être mes gamins !:))

Et de 13 , yeah !

Nickx said...

Voulant donner du grain au record de comms de cette chronique, je tenais à dire que j'ai raté le Mac l'an passé, qui faisait partie du line-up de This Is Not A Love Song !

Shame on me.

Nickx said...

Je suis en train de réécouter Salad Days, plus écouté depuis sa chronique et que vous aviez tous porté aux nues.

Ben je n'en démords pas, quelle fadeur ce disque !