14 mai 2017

Catherine Ringer - Paloma (Nîmes) - 12 / 05 /17


On ne peut s'empêcher avec Catherine Ringer de penser à Poison Ivy Rorshach pour les raisons que l'on sait. Pourtant si la rousse incendiaire continue de façon confidentielle son art, Catherine elle n'a jamais mis entre parenthèses la poursuite de ses aventures musicales.
C'est pour cela que ne perdant pas le contact avec son public, elle a choisi en guise de signature de sa résidence à Paloma de délivrer un concert pour la plus grande joie de quelque 200 happy few dans l'enceinte de Nîmes où Catherine  Ringer est un peu chez elle il est vrai.
Entouré d'un groupe resserré,  en symbiose parfaite avec la figure de proue qu'elle incarne depuis plus de 30 ans, La Ringer - comme il est désormais d'usage de la nommer - revisite sans fard et durant près de deux heures les riches heures de sa carrière, qui fait la part belle à son oeuvre solo, mais aussi et comment y échapper, au répertoire générationnel des Rita Mitsouko. Avec forcément un clin d'oeil appuyé aux chansons les moins défendues avec Fred, celles de l'ultime Variéty.
Dans un océan de vibes positives, il est rassérénant de constater qu'à la soixantaine bientôt révolue, l'ancienne danseuse et disciple de Marcia Moretto continue d'afficher un port, une ligne impeccable. 

Avec toujours cet organe vocal époustouflant et qui a fait sa gloire, des pas de danse félins, enfin une forme physique qui font d'elle une manière d'Iggy Pop au féminin.
Le public goûtant à nouveau aux "tubes" donnés la plupart en rappel et à ces scies improbables que furent "Mandolino City" ou Le petit train" n'aura évidemment pas boudé son plaisir.

Lire la suite