06 février 2019

The Lilac Time - Looking For A Day In The Night (1999)

La trajectoire de Stephen Duffy n'est pas banale. A l'orée des années 80, il est à un cheveu d'épouser une carrière de garçon-coiffeur puisqu'il est à l'origine des permanentés Duran Duran dont il ne partagera pas l'OPA en règle que ce groupe commettra sur les charts pendant toutes une décennie ; Stephen quittant le navire assez vite.


Lire la suite

04 février 2019

KaS Product - Try Out (1982)

Dès 1980, ils sont apparus comme le nouveau fer de lance d'une scène pop electro made in France, avec leurs compatriotes tout aussi essentiels  Jad Wio et Doctor Mix (ex Metal Urbain). Ils, c'est Mona Soyoc, américaine exilée à la voix de cantatrice goth - Siouxsie, influence essentielle, notamment ici avec "So young and so cold" et davantage encore avec "Tina town" sur le deuxième album que l'on jurerait sorties du génial Kaleidoscope. Et Daniel Favre, énorme mèche au vent devenu l'irremplaçable Spatsz au sein du duo. A Mona les lyrics, les quelques notes de guitare et à Spatsz le Casio et le Korg pour son rôle dévolu à la composition - c'est bien avant l'énorme clavier dentelé des tournées futures.


Lire la suite

Love Letters Festival - Collection Lambert (Avignon) - 18,19 et 20 avril 2019



Deuxième édition à venir pour le festival avignonnais, toujours dans l'écrin de la Collection Lambert. Une programmation alléchante et éclectique à laquelle on prédit déjà un franc succès après la jauge pleine de l'an passé.


Lire la suite

01 février 2019

John Zorn - Masada Book 3 - The Book Beri'ah (2018)

Voilà le truc de l'année 2018 pour moi. Un drôle de truc puisqu'il s'agit en fait de onze albums tous composés par John Zorn dans le cadre de son projet Masada, au total 92 compositions jouées par onze groupes différents. C'est effectivement l'orgie, à la fois le bonheur total pour le fan zornomaniaque, mais aussi une porte d'entrée dans ce projet, ou dans la musique de Zorn tout court. Masada c'est au départ un quartette monté dans les années 90, dont Zorn fait partie, et qui serait comme le premier quartette sans piano d'Ornette Coleman... mais qui jouerait un répertoire klezmer. Il y aura même une déclinaison électrique avec Marc Ribot et Trevor Dunn : Electric Masada. Ce sont ensuite des compositions que Zorn confie à d'autres musiciens, très divers et très variés, regroupés dans la série Book of Angels. 2018 marque la fin de ce cycle, et nous livre le troisième et dernier opus.

Lire la suite

25 janvier 2019

Les Maledictus Sound - s/t (1968)

Un avertissement hilarant informe l'auditeur au recto : Attention ! Ce disque est enregistré en "super modulation". Réduisez la puissance de votre électrophone. S'ensuit une liste délirante et conséquente (et sans aucun doute exagérée) du matériel et des conditions d'enregistrement au verso.

On aime les petites recommandations insensées de ce genre, comme celle que l'on pouvait lire dans le gatefold du premier album de Brainticket par exemple.


Lire la suite

24 janvier 2019

Animal Collective - Merriweather Post Pavilion (2009)

Que s'est-il passé en 2009 ? Comment 4 amis musiciens jusque là confinés à la musique expérimentale et à l'underground ont-ils pu à ce point devenir universels ?

Le talent et le savoir-faire certes ; mais cela n'explique pas tout;
Emanation de deux paires de binômes, à ma gauche Noah Lennox et Josh Dibb, respectivement Panda Bear et Deakin ; à ma droite David Portner et Brian Weitz, plus connus sous leurs avatars de Avey Tare et Geologist.


Lire la suite

Henri Texier - Varech (1977)


Voilà un disque bien atypique connu d'une petite poignées de passionnés. Avec sa pochette folklorique, on aurait vite fait de le zapper en tombant dessus en brocante. Pourtant, les quelques originaux encore sur le marché s'arrachent à prix d'or, et l'on ne peut que saluer sa récente deuxième réédition en 40 ans. Les connaisseurs peuvent enfin écouter sur vinyle ce petit chef d'oeuvre inclassable de jazz à la française.


Lire la suite

19 janvier 2019

Beak> - >>> (2018)

On a perdu quelques années durant la trace de Geoff Barrow. Or il n'était pas bien loin et tournait assidument avec son nouveau groupe. Celui-ci, curieusement baptisé Beak avec un > repousse les frontières du nom post-moderne.

On connaissait that dog  (sans majuscules s'il vous plaît), dEUS (avec le "d" initial miniscule s'il vous plaît), les très amusants !!! (désignés "tchik tchik tchik") - bon, il y avait aussi le quatrième album de Led Zeppelin et son titre en forme de  dessins cabalistiques, le Sigur Ros et son ( ). Voici maintenant Beak> et son nouvel album, le troisième et logiquement  intitulé >>>.


Lire la suite

12 janvier 2019

Black Bones - The Wolf Under The Moon (2018)

Anthony Ternant est l'un des secrets les mieux gardés de la pop hexagonale. Fondateur des mythiques The Bewitched Hands, le groupe se sépare malheureusement au bout de deux albums, alors que sa pop chorale empruntait au meilleur de la scène nord-américaine d'alors (Arcade Fire / Bodies Of Water / Family Of The Year).


Lire la suite

10 janvier 2019

Dirigo Rataplan - S/t (2018)

Music and More: Devin Gray - Dirigo Rataplan II (Rataplan ...Le mot "Jazz" vous évoque un peu une musique à papa pour  vieux bourgeois, et vous n'avez pas complètement tort, puisque l'industrie est passé par là, et a aussi laminé un genre inventé au départ par des nègres enragés qui n'ont eu de cesse de vouloir se réapproprier une musique colonisée par le capitalisme blanc (voir le livre Free Jazz/Black power). Heureusement qu'il y en a pour secouer le cocotier académique, et envoyer valser le swing obligatoire, l'impératif catégorique ternaire, les II/V/I ad nauseam genre "les feuilles mortes", et la structure thème/chorus/thème.

Lire la suite

04 janvier 2019

Top Dodb 2018


L'heure est une fois de plus au bilan de fin d'année pour l'équipe babylonienne, toujours plus dispersée mais jamais démotivée à l'idée de donner son avis sur les disques importants d'hier et d'aujourd'hui. Alors que les goûts de chacun n'en finissent plus de s'émanciper et d'explorer d'infinis horizons, il est toujours difficile de livrer un palmarès représentatif et cohérent. Néanmoins, il semblerait qu'en 2018 nous nous soyons retrouvés autour d'un bon psychédélisme turc, d'un post-punk anarchiste, d'une synth-pop aventureuse, d'un folk feutré, d'un manifeste de jazz radical ou encore d'un dancehall dense et poisseux. J'en passe et des meilleurs. Une année placée sous le signe de la diversité donc. Bienvenue à 2019 et bonne année à toutes et tous !


Lire la suite

31 décembre 2018

Cocteau Twins - Treasure (1984)

Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Lui, discret et taiseux, elle énigmatique, elfe égaré qui aimait à fréquenter les cimetières et les lieux interlopes de Grangemouth dans leur Ecosse natale.


Lire la suite

30 décembre 2018

Julian Cope - Jehovahkill (1992)

Déjà la pochette de Fried (1984) lançait le propos. Revenu des années Teardrop Explodes, aimable mais pas essentiel groupe de la scène Liverpuldienne new-wave, Julian Cope paraissait en mauvaise redescente, recouvert d'une carapace, déguisé de fait en tortue.


Lire la suite

The Fleshtones - Fleshtones Vs. Reality (1987)

L'histoire ne retient souvent des Fleshtones que leur grandeur live - quiconque ayant déjà assisté à une grand messe survoltée des New Yorkais n'objectera pas. Leur son estampillé garage n'est véritablement le fait si l'on y prête l'oreille que de Hexbreaker ! (1983), leur sophomore et l'un de leur plus impérieux classiques. Tour le monde les aime et les respecte ; à la fois excepté leur légion de fans qui en Europe notamment leur voue un culte tenace, tout le monde s'en fout.


Lire la suite

14 décembre 2018

Smashing Pumpkins - Pisces Iscariot (1994)

Lui, c'est l'anti Ray Davies. Le songwriter que l'on aime détester... ou que l'on déteste aimer, c'est selon. Il faut dire qu'il a cherché les embrouilles. Il, c'est Billy Corgan; leader des Smashing Pumpkins, le Frank Leboeuf  du grunge dans l'autre groupe de ce mouvement au succès colossal.


Lire la suite