31 août 2015

Omar Souleyman - La Machine du Moulin Rouge (Paris) - 14/08/2015



C’est dans un quartier aux reliefs scabreux que le nouvel ovni de la scène électronique avait décidé de poser bagages pour la release party de son dernier disque. Nouvelle signature du label berlinois Monkey Town Records, dont la maison abrite également les fondamentaux allemands de Mouse OnMars, Omar Souleyman est un drôle d’oiseau dont le nid est partie en fumée sous les assauts répétés d'un obscurantisme arriéré. Retour sur cette prestation folklorique estampillée World Music, pour que le l'humanité vive et ne se meurt davantage.


Lire la suite

20 août 2015

Interview - Jessica Pratt (2015)


© Pauline Alioua
A l'occasion de son passage dans nos vertes contrées (durant un mois de mars encore hivernal), on avait tenté de briser la glace chez l'énigmatique américaine Jessica Pratt. Chose peu évidente pour une jeune femme tout juste libérée de son passé, et dont l'apparente timidité noie en surface les brumes d'un regard autrement moins chétif. Entretient avec la fine fleur de la folk contemporaine.


Lire la suite

01 août 2015

Tame Impala - Currents (2015)

Dire que ce 3ème opus de la bande australienne la plus en vue du moment était attendu, appartient au doux monde de l'euphémisme. C'est ainsi plus de trois ans après la révolution Lonerism, et devant la densification du contingent de groupes estampillés "psyché" que Tame Impala tente une mue esthétique en glissant vers le monde sécurisé d'une pop chargée en glucose. Un bonbon qui colle aux dents avec les plaisirs et douleurs que cela peut entrainer.


Lire la suite

18 juillet 2015

Algiers - s/t (2015)


On pense bien sûr tout de suite aux séminaux TV on the Radio des deux premiers albums : mêmes textures sonores, même esprit tribal, le chant black (celui de Franklin James Fischer, figure de proue du trio), mêmes accointances new yorkaises. Et quand bien même le chanteur viendrait-il de Géorgie (Atlanta), ça n'en serait pas un problème. Tout ici suinte l'expérimentation, l'avant-garde telle qu'elle a pu être chérie et pratiquée par des combos aussi essentiels que celui précité, Animal Collective, Fiery Furnaces, ou bien Liars. Que ce drôle de combo formé il y a déjà cinq ans de cela....... à Londres, a dû forcément écouter.

Lire la suite

05 juillet 2015

Klezmerson - Amon - Book of angels vol 24 (2015)

Voilà le disque qui fera rigoler le fan de Zorn,  au fait des 600 disques et quelques d'une oeuvre prolifique et multidirectionnelle (ben oui ça doit bien exister des dingues pareils) : De la musique juive jouée par un orchestre mexicain (Klezmerson ) de 15 musiciens !  et composée par un fan de free jazz, de hardcore et de BO de film ! Ah elle est bien bonne ! Et pourquoi pas un album des Melvins avec une contrebasse (ah zut, ça existe), ou la mélodie de "Final Countdown" des ignobles hardeux FM Europe jouée au kazoo par des punks (merde, ça aussi ça existe) ? Quelques mots d'explication quand même...


Lire la suite

05 juin 2015

The Soft Moon - La Maroquinerie, Paris (03/06/15)

Alors que la nuit tardait à se profiler en ces dernières lueurs journalières, c'est sous un soleil à peine couchant et encore de plomb, que se dirigeaient des ombres iconoclastes, attirées irrémédiablement vers ce point perché qu'est La Maroquinerie, bravant les particules fines dans une montée à l'ascendance certaine. Un chemin de croix sévère pour le corps mais nécessaire pour assister au rituel païen que s'apprêtait à offrir The Soft Moon.


Lire la suite

03 juin 2015

#TINALS 2015 - Soirée n°3 (31/05/15)

Back to the site !
 
Dans la grande salle de Paloma, évolue déjà Sleaford Mods, duo de mancuniens énervés qu'on s'est promis de voir à l'oeuvre, car leur espèce de tournerie dub avec basse post-punk sous fond de "fockin" harangué est assez jouissive. Deux écueils empêchent de trop s'y attarder : la compréhension de toute cette sympathique logorrhée qui s'avère ardue en live - or c'est l'intérêt premier du truc. Et puis scéniquement, l'acolyte de James aurait pu faire un effort,  à savoir jouer lui-même les lignes de basse, au demeurant trépidantes - on pense aux géniaux Ruts, Public Image de la première époque ! Là, le visuel fait un peu chiche... on n'en dirait pas de même si on croisait le duo dans une rue à taper la manche, bien sûr...


Lire la suite

01 juin 2015

#TINALS 2015 - Soirée n°2 (30/05/15)

 http//www.hero-magazine.fr
                                                
Brut brit brat

Deuxième journée qui s'annonce, avec programmation idoine en pleine cagne, bière en pogne et effluves de beuh persistants : il s'agit du dernier concert gratuit du jour, à savoir Niall Galvin alias Only Real, la nouvelle coqueluche slacker made in London.


Lire la suite

31 mai 2015

#TINALS 2015 - Soirée n°1 (29/05/15)

Foule bigarrée, superbe tee-shirt vert bouteille Pet Sounds entraperçu et barquette de sardines ou de frites à 6 euros,  pas de doute le TINALS 3ème du nom est lancé ! Cette année, plusieurs nouveautés : scène busker/karaoké, des flamands roses et des poufs de toutes les couleurs, bien pratiques pour contrer les ravages de la station debout, de nouveaux stands de customisation de baskets, troc de fringues etc...


Lire la suite

27 mai 2015

Headless Chickens - Body Blow (1991)

Si un utopique biopic doit un jour se monter sur ces oiseaux-là, ce sera très certainement un film de culte. Ce combo ô combien perché que ne doit pas renier mon ami kivi motard de la lune, ne vient pas d'Athens Géorgie comme le très B52'sesque "Donde Esta La Pollo" pourrait le laisser penser.

Headless Chickens venus de la très prude Nouvelle-Zélande, avaient bien trompé leur monde dès la fin des années 80. Leur credo étant davantage la danse des corps, un hédonisme affiché, au service de textes absurdes et déconcertants. Ces impayables allaient jusqu'à arborer le sigle de KFC sur le défunt Myspace !


Lire la suite

26 mai 2015

Witch - Movin' On (2014)

Revenons sur cette magnifique réédition d'un disque dont le pressage original (à priori sorti l'année 1980) est aujourd'hui impossible à trouver. Un disque obscur et inécoutable pendant de longues années, qui marque le tournant d'un groupe somme toute assez connu par les amateurs de zam-rock, pour qui les guitares fuzzées de Lazy Bones en 1975 constituent le meilleur de leur carrière. Movin' On arrive au début des années 80 donc, et souligne un autre côté de Witch, un pic créatif et un virage disco qui aurait pu être un véritable désastre, mais qui sonne comme rien d'autre et parait complètement en avance.


Lire la suite

09 mai 2015

Turzi - C (2015)

Turzi dont on n'avait plus de nouvelles depuis B (2009), c'est-à-dire une éternité si l'on considère qu'il lui reste 23 albums à pondre - enfin on objectera que Sufjan Stevens a encore 48 états à mettre en musique alors l'un dans l'autre... - s'en revient avec un troisième long format en mode groupe.
 
Après A (2007) d'inspiration très libre, et donc son sophomore qui rendait hommage aux villes, voici donc le manifeste ornithologique de Turzi, sous chouette (ah!ah!) pochette foil qui las, ne se rit pas des traces de doigt.


Lire la suite

07 mai 2015

Kenny Rankin - Mind Dusters (1967)

On sait peu de choses sur l'américain Kenny Rankin, né en 1940 pas loin de New-York et mort en 2009 d'un cancer du poumon dans une relative ignorance, si ce n'est que c'était une bonne personne. On trouve tout juste une biographie rédigée en toute humilité par sa fille - on sait d'ailleurs que sa famille tenait une grande place dans son coeur, en témoignent le titre (Family) et la pochette de son deuxième album. Kenny Rankin c'était ce mec souriant et espiègle qui entre 1967 et 2002 a sorti quantité d'albums. C'est son premier, Mind Dusters, que nous allons écouter avec un peu plus d'attention ici.


Lire la suite

16 avril 2015

Susanne Sundfør - Ten Love Songs (2015)


Une chanteuse scandinave à voix auteure d'un album de pop électronique grandiloquente et décomplexée ? N'y aurait-il pas là comme un air de déjà-vu ? Dans un genre où, entre le meilleur (les déchirantes mélodies dance de Robyn, les singles les plus langoureux d'Annie) et le pire (les boursouflures vaines d'Iamamiwhoami, l'écriture petit bras de Oh Land), se bousculent pléthore de disques plus ou moins insipides (la mélancolie surfaite des jumelles de Say Lou Lou), cet album aurait pu aisément passer inaperçu si n'était pas sorti, en fin d'année dernière, le merveilleux "Fade Away", belle polyphonie pop, lumineuse et entêtante. À l'approche de la sortie du LP, la question était donc de savoir comment ce brillant single allait s'intégrer dans un album à priori annoncé en tant que tel, c'est-à-dire une simple collection de chansons : Ten Love Songs.


Lire la suite

02 avril 2015

Angelo Badalamenti - Fire Walk With Me (1992)

Alors qu'on annonce une suite "twenty years after" à la saison 2 de la série Twin Peaks (ne nous emballons pas trop vite puisque Lynch vient d'annoncer qu'une histoire de contrats avec les acteurs compromettrait la chose), le mélomane frétille : que nous prépare le génial Badalamenti pour cette suite ? Histoire de patienter, on peut se replonger dans cette BO sortie en 1992 et qui atteint des sommets. La vie à Twin Peaks après le meurtre de Laura Palmer est passablement inquiétante, mais cette plongée dans les bas fonds de la pauvre âme défunte va encore plus loin : faux semblants, confusion mentale, perdition, dépravation, folie, énigme du mal, tout ça est magnifiquement rendu par une musique qui ne ressemble à aucune autre, où alternent et parfois se mélangent musique d'ascenseur, guimauve kitschissime, soul hallucinée, smooth jazz magistral, swamp blues et poussées de fièvre hardcore et bruitiste. Avec Badalamenti, Lynch a trouvé son Morricone : un compositeur doué et un amoureux des sons, des textures et des timbres (ah! les guitares morriconiennes, un son d'enfer !).

Lire la suite