14 décembre 2018

Smashing Pumpkins - Pisces Iscariot (1994)

Lui, c'est l'anti Ray Davies. Le songwriter que l'on aime détester....ou que l'on déteste aimer, c'est selon. Il faut dire qu'il a cherché les embrouilles. Il, c'est Billy Corgan; leader des Smashing Pumpkins, le Frank Leboeuf  du grunge dans l'autre groupe de ce mouvement au succès colossal.
Si l'on ajoute que le grunge fut l'un des mouvements les moins intéressants qui soient sur les plan musical et esthétique, que Corgan se risqua jusqu'à critiquer le défié Cobain "[il] ne me touchait pas de son vivant ; sa mort n'a rien changé" et pas mal d'autres petites péripéties, le gars a cultivé un parcours erratique.
Qu'on en juge, refus de refaire deux fois le même disque, un cadavre découvert chez Billy Chamberlin, batteur historique du groupe, pire gimmick à la Spector qui soit, jusqu'à cette série de disques navrants que le groupe donc Billy Corgan featuring.....n'en finit plus d'enquiller depuis les vrais-faux débuts de Billy en solo.
Bon on peut parler musique maintenant ?

En 1994, les Smashing Pumpkins sont (parmi) les maîtres du monde. Il viennent en effet de publier coup sur coup Gish en 1991 et Siamese Dream en 93, albums qui pour être racoleurs et monochromes, se révèleront de vrais best sellers.
 Assez vite et sans intention de capitaliser, les chicagoans choisissent de publier un album qui trouvera preneur chez les journalistes (disque du mois chez Rock and Folk) et les critiques en général. Pourtant constitué de chutes de studio des  lps, de nouveaux morceaux composés pour l'occasion et de deux reprises étonnantes ("Landslide" de Fleetwood Mac et une Hendrixienne cover du "Girl from Sandoz, des Animals) voici que ce Pisces Iscariot (du nom biblique de Judas) enchante et captive in extenso. L'album que sauvent les réfractaires aux Smashing Pumpkins ? C'est bien possible mais pas que. Quelques broutilles telles que le gargantuesque Mellon Collie and the Infinite Sadness (95)  et Adore (98) achèveront également de convaincre que Smashing Pumpkins sait aussi composer de sacrées chansons.

Qu'elles sonnent démos enregistrées dans la chambre ("Soothe) ou bien plus aériennes ("Obscured", superbe !) les ballades sont invariablement émouvantes. James Iha y va même de sa bluette qui n'aurait pas déparé un Pastels ou un My Bloody Valentine des débuts ("Blew away").
Les brûlots ne sont pas en reste ("Frail and bedazzled", "Plume", "Pissant', "Hello Kitty Cat") et ne sont en rien inférieurs aux morceaux qui avaient jusqu'alors pignon sur rue.
Cerise sur le gâteau, un grand (plus de 10 minutes) morceau psychédélique ("Starla") offre un crescendo totalement jouissif sur lequel Corgan et Iha se déchainent. La trippy et bien nommée "Spaced" clôt un disque à la fois rêveur et très mélodique.


Enfin, et ça n'est le moindre des atouts de ce disque, la retenue du frontman des Citrouilles ravira pour une fois ceux qui pour des raisons que l'on peut entendre, étaient réttifs à son art vocal. Un beau disque sans esbroufe.
Toujours se méfier des albums à profil de vraie-fausse compilation


En bref : où B sides et outtakes se montrent à leur avantage et remportent parfois par KO la compétition qui les oppose aux hymnes officiels du groupe chicagoan.

Lire la suite

11 décembre 2018

Farai - Rebirth (2018)

Sous une pochette graphée d'inspirationn Basquiat mais qui émane de Haribo Cosmo Jones, voici la première oeuvre long format d'une artiste zimbabwéenne devenue londonienne dans sa prime jeunesse. Acoquinée avec le producteur Tone ayant comme elle une ascendance africaine, la jeune et révoltée Farai concocte son premier long format après un premier Ep en 2017.


Lire la suite

24 novembre 2018

Ramones - End Of The Century (1980)

Beaucoup d'incompréhension sur ce 5ème long format des Ramones; Les fans purs et durs ne leur pardonnent pas d'abandonner leurs idéaux less is more, la production à l'arrache jusqu'alors de rigueur. Paradoxalement, ce sont souvent les mêmes qui s'esbaudiront du son métal et des pédales overdrivées de Johnny ainsi que des lignes de synthés qui parsèmeront certains de leurs albums ultérieurs - le grotesque Too Tough To Die par exemple. Et d'ignorer cet adage qui veut que des Kinks aux Damned en passant par les Stones ou les White Stripes, le 5ème album d'un groupe est souvent son meilleur.


Lire la suite

13 novembre 2018

New York Dolls - s/t (1973)

 Classique parmi les classiques, le premier des deux albums des New York Dolls, association de juifs et d'italiens de la Grosse Pomme aura influencé plus d'un musicien. On peut même arguer qu'à la façon du premier Velvet, voilà un disque qui a donné envie à tous ceux qui l'écoutèrent en son temps de faire de la musique.


Lire la suite

07 novembre 2018

Quiet Dan - When The Earth Was Flat (2018)

On n'insistera jamais assez sur l'importance d'une bonne pochette - ici un remarquable trifold animalier et mat - qui permet quelquefois de sortir du lot.

Daniel Mizrahi, parisien retranché en Picardie et distribué par un label du Massif Central (Inouïe Distribution), connaît son bréviaire folk-blues sur le bout des doigts. De Dylan à Nick Drake pour ne citer que les influences les plus écrasantes mais néanmoins incontournables.


Lire la suite

04 novembre 2018

Kurt Vile - Bottle It In (2018)

La question est la suivante : qu'arrive-t-il à notre troubadour préféré ? Passe encore le très médiocre Lotta Sea Lice (2017) qui n'était qu'un album à quatre mains featuring la très hip Courtney Barnett. L'entreprise consistant en effet à revisiter réciproquement le répertoire de l'autre (pour peu qu'en sus on ne soit guère sensible à l'art de l'Australienne) se révèle un exercice particulièrement casse-gueule.


Lire la suite

22 septembre 2018

The Pretty Things - S.F. Sorrow (1968)

Et un Graal, un. En 1968, les Pretty Things ne sont déjà plus des perdreaux même s'ils n'ont que 24 ans de moyenne d'âge. Déjà quelques albums au compteur comme tous leurs congénères. Adoubés et établis pour leur savoir-faire en rythm and blues rauque et puissant dans la lignée des Stones, ils débarquent en 1964 avec des hits furieux ("Rosalyn", "Midnight to six man") et de l'avis général, surpassent tout le monde en sauvagerie mal peignée, brutalité lad sur scène : plus bruyants que les Who, plus chaotiques que les Kinks, on ne voit guère que les Move pour leur disputer plus tard le titre de titre de groupe le plus dangereux du British Beat. Et à la rigueur, leurs indomptables et magnifiques cousins des Pays-Bas, les Outsiders.


Lire la suite

18 septembre 2018

Ultimate Spinach - Behold & See (1968)

Toujours se méfier des groupes de la fertile scène psychédélique américaine drivés par un leader unique. Qu'il s'agisse d'un démiurge interne ou extérieur au collectif, c'est généralement là que l'on trouve les meilleures pioches. Ceux qui commettront plus que le single Nuggets de rigueur, et transformeront l'essai long format. Parfois même comme pour la bande qui nous occupe, il y aura aussi plusieurs Lps.


Lire la suite

12 septembre 2018

Rachid Taha - Made In Medina (2000)

En cette très morne rentrée 2000, l'on ne pouvait retenir d'un sampler d'automne que quelques notes de guitares, des accords répétitifs et obsédants, ceux de "Barra Barra", hymne qui alliait quasiment le punk à la musique berbère. Admirablement produit par le véritable metteur en son et collaborateur de longue date, Steve Hillage.


Lire la suite

06 septembre 2018

John Coltrane - The Lost Album (2018)

John Coltrane - Both Directions At Once - The Lost Albums ...

Il faut écouter cet album, même si l'appellation "album" est légèrement exagérée. On trouvera, en effet, cinq versions du même morceau ("Impressions"),  ce qui semble t-il, ne se fait pas vraiment quand on sort un album. Mais on trouvera aussi des choses totalement inédites et totalement  excitantes !



Lire la suite

24 juillet 2018

MIDI Festival - Villa Noailles (Hyères) - 22/07/18


Nul besoin de revenir sur le contexte quelque peu spécial de cette 14ème édition du MIDI Festival. Puisque pour sa clôture, l'essentiel est ailleurs : dans l'écrin de la Villa Noailles, 4 groupes et musiciens sont au programme.


Lire la suite

20 juillet 2018

Belle And Sebastian + Nits - Nuits de Fourvières (Lyon) - 18/07/18


C'est peu dire le plaisir que l'on a de retrouver les Nits quelque quarante-cinq ans (!) après leurs débuts. Le meilleur groupe néerlandais que... tout le monde connaît, au succès d'estime confidentiel mais avéré, vient de pondre la bagatelle de 19 albums. auxquels s'ajoutent moult mini-Lp's, live et collaborations diverses; Et la passion, la bonne humeur sont toujours là.


Lire la suite

14 juillet 2018

Midi Festival (Hyères) - 20, 21 et 22 juillet 2018



Depuis 2005 le Midi Festival de Hyères accueille la fine fleure du rock indie, qu'il soit hexagonal ou international. Le Midi ne dédaigne pas les coups de pouce à la scène d'ici tout comme il peut également servir d'étendard à la pop installée d'épées connues de tous. Les excellents Animal Collective et Girls ont notamment fourbi leurs armes en ce lieu.


Lire la suite

23 juin 2018

#TINALS STORY DIGEST



Alors qu'il y a peu était célébré la 6ème édition du TINALS, il était normal que DODB en média régional de l'étape, dresse une rétrospective artistique du festival nîmois depuis sa création.


Lire la suite

10 juin 2018

Bossa Jazz / The birth of hard bossa, samba jazz and the evolution of brazilian fusion (62-73)

Voilà une super compil' sortie chez Soul Jazz Records, il y a déjà sept ans. Si vous avez envie d'être un peu décoiffé, marre de la variét' et de la chanson française festive, du stoner rock, de la neo cold wave, bref des trucs bien plats et bien chiants (mais qui vendent), et bien c'est ce qu'il vous faut. Le soleil en plus!


Lire la suite