11 novembre 2008

Interview - Will Sheff (Okkervil River)

Lors du récent passage d’Okkervil River à l’Alhambra Dodb a eu la chance, le plaisir et l’honneur de pouvoir bloquer dans un couloir Will Sheff, leader de la formation folk ’n rock et en passe de devenir l’un des songwriters les plus indispensables de ce début d’ère. D’une simplicité et d’une gentillesse sans fin à l’égard de mon accent texan hésitant, Will revient avec nous sur ses influences et sur ses projets pour le groupe.
_
Pour les puristes anglophones, l’interview intégrale en audio :

tilidom.com
Pour les sourds et malentendants, la traduction (partielle) en français : _

Ta mère et sa collection de disque semblent être très importants pour toi. Que pense-t-elle de ta musique ?
_
Oui mes parents adorent le groupe. Mai les parents ont souvent besoin d'un avis extérieur pour cautioner. Au début ils me disaient: "Ok fais ce que tu veux" mais après un certain temps, quand on a commencé à tourner et à faire l’objet d’articles dans Rolling Stone ou le New York Times ils ont commencé à en penser du bien. Depuis ils m’apportent énormément de soutien. D'ailleurs ce nouveau disque est leur préféré, ce qui ne veut pas dire grand chose puisque chaque nouveau disque est leur préféré.
_
Tu as écrit un jour que si tout le monde possédait un exemplaire de In the aeroplane over the sea "le monde deviendrait meilleur". Penses-tu qu’un jour quelqu’un dira de même pour l’un de tes disques ?
_
Oh j’ai du dire ça il y a une dizaine d’années et je ne suis plus forcément d’accord. Ca fait longtemps que je ne l’ai plus écouté et finalement je ne pense pas que ce disque soit si important que ça. Je ne sais pas, ce n’est pas nécessairement ce à quoi j’aspire non plus. J’aimerais simplement que notre musique ait une signification pour les gens. Je pense que certains disques ont le pouvoir d' "humaniser", un peu comme Astral Weeks de Van Morrisson par exemple. En tous cas j'espère que notre musique apporte quelque chose. Et puis ce serait un peu pompeux et plein d’autocongratulation de dire ça de soi même. Je pense qu'il faut sans cesse se remettre en question et être critique sur soi-même pour ne pas devenir mégalo.
_
De nos jours c’est courant pour un songwriter de chanter tout seul comme Conor Oberst sans Bright Eyes ou Colin Meloy sans les Decemberists. Y aura-t-il un jour un album solo de Will Sheff ?
_
Oui j'aimerais bien le faire mais le problème en ce moment est de trouver le temps. J'ai du mal à écrire de nouvelles chansons pour un nouveau disque parce que je suis constamment préoccupé par la tournée. Mais l'idée ne me pose pas de problème.
_
Tu as déjà été interviewé au sujet de la dévotion des fans. Es-tu toujours terrifié par ça ou penses-tu qu’il y a davantage de fans normaux que de détraqués ?
_
Oh je suis certain qu’il y a davantage de fans normaux. Mais je pense que des fois des gens normaux peuvent agir bizarrement sans le vouloir ou même sans s’en rendre compte. Parfois rencontrer quelqu'un que l'on admire provoque d'étranges réactions. On pense connaître l’artiste, le peintre, l’acteur ou le musicien alors qu’en fait non. Et quand vient l'heure de la confation, tu as toujours à l’esprit l'oeuvre de l'artiste et tu veux savoir ce qui est personnel mais c’est impossible. L’interaction entre un fan et un artiste dure rarement plus d’une minute ce qui ne laisse pas assez de temps pour apprendre à connaître quelqu'un. C'est dommage.
_
Et que penses-tu du fait que les blogs deviennent de nouveaux prescripteurs de musique où n’importe qui peut donner son opinion et être lu ?
_
Je pense que c’est une bonne chose. Je trouve que de nombreux articles à succès ne viennent pas forcément de journalistes traditionnels mais de bloggers. Après tout je ne vois pas pourquoi il n'y aurait qu'une seule forme de journalisme. Et bien souvent les bloggers ont davantage de place pour écrire des articles plus intéressants ce qui apporte de la diversité.
_
Je sais que tu aimes Scott Walker et Serge Gainsbourg qui étaient tous deux de grands transgresseurs, penses-tu qu’un jour Okkervil River deviendra plus rebelle qu’aujourd’hui ou vas-tu te tourner vers plus de "fun" comme ça semble être le cas depuis Black sheep boy jusqu’à The stage names ?
__
Non c’est juste une question de transition de disque à disque. Black sheep boy était sombre sans être transgressif et je voulais changer un peu de direction. Aller vers plus de fun est forcément plus agréable mais je ne peux pas dire si ce sera toujours la cas. En fait ce n’est pas quelque chose vers lequel je veux forcément me tourner.
_
Lorsque j’écoute les premières notes de "Bruce Wayne Campbell" je pense immédiatement à Serge Gainsbourg. Etait-ce ton souhait ou est-ce que je rêve ?
__
Je n’ai jamais pensé à Gainsbourg en écrivant cette chanson mais j’aime vraiment sa musique et ses arrangements. Je lui ai volé tellement de trucs que j’ai oublié où est-ce que je les ai mis. Même aujourd’hui j’ai écouté Gainsbourg (L’histoire de Melody Nelson). C'est surtout l'orchestration que j'apprécie. Ces valeurs sont tellement ancrées dans mon sang que c’est devenu naturel pour moi et je n’y pense plus.
__
Tu as organisé ce que tu appelles ton Green tour (inciter les gens à se rendre au concert à pied ou à vélo), tu te bats auprès du Headcount (inciter les gens à s'inscrire sur les listes électorales ), Okkervil River est-il en train de devenir un groupe politique comme R.E.M. à l’époque ?
_
Oui je trouve très gênant lorsque Bono ou R.E.M. parlent de politique en disant : "Je suis le gars cool du groupe, je dis que cette chose politique est cool, vous devriez penser que c’est cool parce que je suis cool". Je trouve ça très condescendant. Pour que le Green tour fonctionne on devait faire un communiqué de presse parce que les gens ne l’auraient pas forcément fait d’eux-mêmes. En fait je n’aime pas parler de politique, ça me donne l’impression de vendre quelque chose. En revanche j’aime l’idée qu’un artiste puisse être engagé politiquement dans sa vie privée sans le faire ressentir dans sa musique.
_
Regrettes-tu de ne pas être en Amérique pour fêter la possible victoire d'Obama?
_
Oui je regrette vraiment parce que j’aurais pu essayer de convaincre des gens et passer des coups de fils alors que je suis là à ne rien pouvoir faire. C’est dommage. Et sans parler de ça, si Obama gagne j’aurais aimé pouvoir serrer ma copine dans mes bras et participer aux fêtes. Les américains, et pas seulement eux, attendent tellement de ces élections. Nous vivons une époque si fascinante.
_
Le site officiel et le Myspace d’Okkervil River
_
A lire aussi : Okkervil River - Concert à l’Alhambra le 03/11/08

2 Comments:

HIPHOP said...

vraiment super ton entrevue ; plutôt que prescripteur de musique, je me perçois comme opérateur de sélection totalement libre et incontrôlable, pas du tout comme un journaliste génial et inspiré, mais comme un bloggeur parmi des milliers d'autres qui contribue à sa manière à rendre visible la richesse et la diversité de la création musicale, face au rouleau compresseur des médias dominants.
bises

Anonyme said...

Très bon groupe. Très bon concert.
Quelques autres photos du concert à cette adresse : http://www.flickr.com/photos/halogenure/sets/72157609952824679