15 août 2008

Gui Boratto live au Panorama Bar - Berlin

La première angoisse qui vous saisit à l’approche du Berghain / Panorama Bar est celle de vous faire jeter. La sélection a la réputation d’être extrêmement aléatoire, bien que démocratique. Contrairement aux boîtes parisiennes, l’établissement berlinois n’apprécie pas les clubbers trop sapés ou trop sûrs d’eux. Les touristes ivres ont également peu de chances. Le physio du club, un géant gothique tatoué et percé nommé Sven Marquardt, est à lui seul une légende. Photographe trash de son état, il vous scrute, impitoyable, et vous songez un instant au pénible chemin du retour qui vous attend en cas d’éjection, le club étant franchement excentré, à proximité de l’Ostbanhof (gare de l’Est). Pour nous, fort heureusement, ce sera un “Viel Spass” (amusez-vous bien) libérateur. Ouf!

Ce vendredi soir, la grande salle du Berghain est fermée et seul le Panorama Bar, au troisième étage, est accessible aux clubbers. Gravir les escaliers presque insalubres de l’établissement procure déjà une émotion intense, qui s’accroît à mesure que les basses pénètrent vos membranes. L’architecture massive et minimaliste du club, installé dans un ancien transformateur électrique des années 1950 au beau milieu d’une friche industrielle caillouteuse, confére une atmosphère unique au lieu : on a davantage l’impression de se plonger dans une free party que dans un club à proprement parler. A l’origine, il y avait l’Ostgut Club, établissement gay aux moeurs libertines, contraint à fermer en 2003. L’année suivante, la boîte déménage et prend le nom de Berghain, en référence à sa situation géographique à la frontière des quartiers Kreuzberg et Friedrichshain. Le lieu se démocratise peu à peu, même si ses darkrooms sont encore témoins de scènes parfois licencieuses.

Retour dans la salle, dont les murs sont couverts de gigantesques photographies de parties génitales signées Wolfgang Tillmans - j’ai particulièrement scotché sur l’une d’elles, rappelant étrangement L’Origine du Monde de Courbet. Aux platines pour entamer cette nuit consacrée au label Kompakt, Mathias Aguayo lâche un set minimal et mélodique sur lequel il éructe comme un punk efféminé. Un bon hors d’oeuvre, sans plus. Le plat de résistance arrive bien chaud vers 3 heures. Tout sourire, monsieur Gui Boratto, petit homme discret et courbé auteur du formidable album Chromophobia en 2007, se cale derrière son laptop sous les hurlements euphoriques de la faune homo-hétéro-ado-quinqua qui l’attendait de pied ferme. Dès lors, je dois bien avouer que ma mémoire passablement endommagée ne me restitue que quelques flashs embrumés, parmi lesquels une version densifiée de son "Gate 7" qui me fit l’effet d’un uppercut acide. Le climax sera atteint vers 5h, lorsque Boratto balance "Arquipelago", l’un de ses premiers maxis, et également l’un de ses meilleurs. La liesse est totale, cataclysmique. Le Brésilien prend un plaisir visible à jouer pour ce public de connaisseurs. Même Fanny, habituellement peu sensible à la techno minimale, lève les bras au ciel et hurle de joie...

A notre sortie dans la lumière blafarde du petit matin berlinois, une seule idée me traverse la tête, retourner dans ce lieu hors du temps. Le courage et les forces me manqueront cependant pour la soirée BPitch du samedi, réunissant entre autres Lee Van Dowski, Chaim, Sascha Funke, Ellen Alien et Modeselektor (!). Sans hésitation le meilleur club que j’ai visité, devançant même la sublime Fabric de Londres. Si vous passez à Berlin, considérez cette “visite” comme incontournable.

Gui Boratto - Arquipelago


Le site et le Myspace du Berghain
Le site et le Myspace de Gui Boratto

A lire aussi : Gui Boratto - Chromophobia (2007) et Gui Boratto - Chromophobia remixe part 1 (2007)

2 Comments:

smael said...

juste le meilleur club du monde...

Julien said...

J'ai l'honneur d'annoncer que parmi une foule de cramés et autres déjantés, mes amis et moi-même avons été refoulés par celui que nous appelons désormais le boucher de Berlin, Sven. Nous avons retenté à 8h du mat après nous être vengés au Trésor, on s'est dit, ça doit passer, bien non !
La raison était simple, malgré une spéaration, nous étions toujours un groupe trop grand... Et s'il vous dit; tous les 4 ou 2x2, en Allemend... dites 2x2 ! Ca passe !!!!
Ju