08 février 2009

Tindersticks - Concert au Krakatoa de Bordeaux le 07/02/09


Apparemment, les Nottingham Lads à Bordeaux, ça faisait longtemps. Je ne vais pas dire que je n’étais pas né mais presque. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe fer de lance d’une certaine génération indie pop anglaise, celle des 90’s, a su malgré sa longue absence maintenir une sorte de fascination et d’attachement chez et pour le public français, venu en masse ce soir. Cinq ans, c’est à peu près la période où l’on est resté sans nouvelle de Stuart Staples et de sa bande. Formé en 92 et actif jusqu’en 95, puis présent sous diverses formes (albums solos, bandes originales de films, participations…), personne n’a manqué le retour de Tindersticks l’année dernière, sous sa forme originelle en trio (Stuart Staples au chant, Neil Fraser à la guitare et David Boulter au piano) avec le magnifique album The Hungry Saw largement salué par la critique. C’est ce disque et cette carrière que le groupe vient défendre ce soir.

Toujours adepte d’une combinaison pop /soul /jazz, tantôt richement orchestré, tantôt minimaliste et d’inspiration classique, le son Tindersticks semble avec l’âge s’être débarrassé des ses dissonances passées, et se concentre désormais sur un spleen vénéneux non dénué d’humour. Une mélancolie de chaque instant ("Boobar come back to me", snif !), portée par cordes et claviers reconnaissables entre mille, et relevée de temps à autres par des cuivres du plus bel effet ("Yesterday tomorrow" est à ce sens l’un des plus beaux morceaux du disque).

Mais l’attraction reste on s’en serait douté reste la voix suave et feutrée de Stuart, à présent installé en France, dont le songwritting continue de nous ensorceler, à la fois dépressif et poignant. Une écriture racée et ténébreuse, au romantisme on ne peut plus sombre (voir "The other side of the world") qui m’évoque par moments Léonard Cohen, Scott Walker ou même Silver Jews. Soucieux de leur image mais à mille lieues des modes, fidèles à leur public mais ouverts à d’autres horizons, les Tindersticks réussissent là où Swell à échoué cette année, à savoir revenir en grande pompe, toujours aussi mélancoliques mais jamais chiants.

Le site officiel, le Myspace et The Hungry Saw sur Deezer

A lire aussi : Okkervil River - Concert à l’Alhambra de Paris le 03/11/08
_
"The hungry saw" en live acoustique :
Crédit Photo Pierre Wetzel ©

7 Comments:

Dave said...

Petit veinard ! Ils ont joué des titres de Curtains ?

Ju said...

Héhé, je savais que tu penserais ça, je me souvenais avoir vu The hungry saw dans ton top 2008!

Concernant les titres de Curtains, je ne saurais te répondre, je n'ai découvert Tindersticks qu'avec Waiting for the moon et The Hungry saw, je connais donc mal leur répertoire d'avant.

Mais en tous cas la classe!

A+
Ju

inès said...

Salut,
Je suis allée voir tindersticks à Strasbourg en début décembre. Mes premières impressions n'ont été que du positif et la mélancolie de leur musique fonctionne bien sur moi... Mais après, j'avoue avoir été un peu déçue par quelques aspects du concert. En partie parce que toutes les premières chansons ont été jouées dans l'ordre de the hungry saw et qu'ensuite, ils jouaient vraiment les chansons à l'identique qu'en cd.
Je suis allée voir deux fois swell en concert cette année, une fois dans une salle paumée d'Allemagne puis j'ai vaguement participé à leur organiser un concert à Strasbourg. J'avoue que je te trouve un peu dur avec swell, peut-être parce que j'ai un peu trop d'affection pour leur musique mais aussi parce que finalement, tindersticks a aussi un côté chiant pour les raisons que j'ai énoncé auparavant.

Enfin je suis quand même d'accord sur le point que tindersticks a mieux réussi son retour que swell, et je préfère le dernier album de tindersticks à celui de swell...

Ju said...

Merci Ines pour ton commentaire. Moi aussi je suis un grand fan de Swell, mais leur concert cette année m'a tellement déçu... J'ai juste trouvé celui de Tindersticks plus agréable. Et puis comme tu l'as dit, Swell n'a rien présenté de plus intéressant que The hungry saw depuis un moment... Mais ce n'est pas pour cela qu'on ne les soutient plus...
A bientôt,
Ju

Nickx said...

Eh, eh Ju !

Tu oublies le Whenever You're Ready, avant-dernier album en date de Swell !

Ca n'est pas si vieux, et c'était excellent

C'est vrai que le dernier, en revanche.....

Bah, ce groupe a son passé derrière lui, et je me ferai fort de les réhabiliter prochainement sur DODB !

Nickx said...

Sinon pour ce qui est des Tindersticks, dont je ne suis que très modérément fan, et donc les deux caractéristiques rédhibitoires me semblent être la voix bêlante et affectée du chanteur, ainsi que le syndrome d'être un énième avatar des géniaux Bad Seeds,

je n'ai rien contre sur disque, où ils ont pondu d'excellentes choses, je pense notamment à la B/O de Nénette et Boni !

Mais en live, pour les avoir vus il y a 10 ans à la Route du Rock, il est vrai pas dans des conditions idéales pour eux, c'est assez soporifique, je trouve !

Genre feu Arab Strap sans les guitares , et en plus mou !

Ju said...

C'est sûr que c'était bien mou, mais cent fois moins mou que la dernière prestation de Swell!! Et à priori ce n'est pas HIP HOP qui les a vus récemment aussi qui dira le contraire.
A+
Ju