30 juin 2008

Lykke Li -Youth Novels (2008)

Il y a des formes rondes, des paroles superficielles, des mélodies sucrées. Et puis il y a cette voix, aussi douce qu'un bonbon. L'ensemble est d'une fraîcheur réelle, le plaisir d'écoute est immense. Lykke Li, toute jeune chanteuse suédoise, est exceptionnelle. Pourtant, dans son premier album Youth Novels, elle ne propose rien d'autre que de la pop. Pop au sens le plus vulgaire du terme. Vulgaire au sens le plus noble du terme.

Alors qu'est-ce que Lykke Li a de plus que les autres ? Eh bien ce que Lykke Li a de plus, c'est le moins. Ecoutons de plus près le jouissif single "Little bit" : il y a un beat, volontairement saturé mais parfaitement cutté, il y a une petite guitare, et il y a le chant... et il n'y a rien d'autre. Parce que la voix et la mélodie, excellentes, suffisent à elles seules à faire tenir la chanson. Sur Youth Novels, chaque chanson est si bien écrite qu'il est inutile de surcharger l'instrumentation. Et si l'instrumentation tend à l'épure, la production bénéficie d'un soin extrême, qui fait de Youth Novels un objet d'une perfection plastique absolue, un pendant musical au design contemporain : rond, pop, minimaliste, aux lignes claires et précises. Lykke Li et Björn Yttling (de Peter, Björn and John) créent une sorte de dance acoustique, de la pop de chambre moderne.

Les parfaits"Dance dance dance", "I'm good I'm gone", "Let it fall", "Breaking it up" rappellent pourquoi les puristes électro et indé ont succombé à l'écoute du "Hollaback girl" de Gwen Stefani/Pharrel Williams ou du "Slow" de Kylie Minogue/Emiliana Torrini : l'envie de danser est la même, imparable, l'épure instrumentale est radicale, et les voix sont sucrées, irrésistibles. Mais à la différence de ces stars pop, Lykke Li a le charme sans la minauderie. Lykke Li est moins pétasse que grande classe. Tout est dans le flux de voix, jamais dans la respiration racoleuse.

Et puis il y a "Hanging high", qui en plus d'être tout simplement beau, vient faire acte d'un événement culturel majeur. Derrière les choeurs du refrain, ceux exactement que l'on a entendu chez Jens Lekman et Taken By Trees l'an passé, c'est mine de rien toute la pop suédoise qui vient de se trouver une identité. Après avoir vécu dans l'ombre de la pop britannique, dont elle n'avait pris que la structure, la pop suédoise acquiert une véritable swedishness, dans sa composition mélodique parfaite et dans ses voix enchantées. Youth Novels confirme la force et l'identité de cette pop jusque dans ses influences exotiques (la guitares hispanisante de "This trumpet in my head", et le 1,2,3,4,5,6 en français dans le texte de "Window blue"), et c'est sûrement pour cette raison aussi qu'il nous enthousiasme tant.

En bref : Un disque de dance acoustique, entre pop minimaliste et électro discrète, qui derrière des formes toutes suédoises, semble inventer un son tout nouveau.







_


L'énergie lascive du single "Little bit" en vidéo, ainsi qu'une version live de "I'm good I'm gone" enregistrée avec la crème des musiciens de Stockholm: Lykke Li est un personnage fascinant, plein de mystère, habité, impénétrable...









1 Comment:

cee kay said...

Superbe chronique vraiment. Tu as superbement décrit l'univers musical de Lykke Li. Cette petite je l'adore de plus en plus. Son album va sortir en France le 29 septembre prochain (ah bon! ça fait longtemps que je ne fais plus de distinction entre l'import et la distrib française). Bref et comme toi je pense également que Lykke Li fait de la Pop, sans préjugés péjoratifs, au contraire dans le sens noble du terme comme tu l'as si bien dit. Mais bon ce n'est qu'une étiquette, je laisse aux médias d'appeler ça comme ils veulent.