05 juin 2009

John Daly - Sea & Sky (2009)

John Daly a pointé son nez dans le petit monde de la deep-house il y a à peine trois ans, mais quelques singles lui ont suffi pour se faire repérer et signer par François K sur son label Wave. Il enregistre également pour sa propre enseigne, Feel Music, et pour les Helvètes de la Drumpoet Community. Dans la foulée, le très précoce irlandais compile ses meilleurs tracks, ajoute trois inédits, et nous pond un premier album étonnamment solide qui hésite, sans jamais vraiment se décider, entre house aquatique et disco planant. Un album éthéré, plus rêve que rave, pas franchement destiné au dancefloor, et qui offre une certaine vision de la félicité électronique, tout en fluidité.

En dehors de l’énorme track disco-house “Freak Out Or Get Out” (sorti en maxi en 2007), Sea & Sky est un disque complètement dédié à l'introspection et à la contemplation, qui peut s’écouter comme une oeuvre d’ambient. Comme souvent chez les très jeunes producteurs, les références de Daly sont aisément lisibles, même si l’on reste bien loin du plagiat. Tout juste notera-t-on la ressemblance d’”Exp 3” avec certains titres de Carl Craig ou Jeff Mills, les nombreuses analogies entre “Time Again” et le cosmic-disco de Lindstrom et Prins Thomas, ou les hommages appuyés aux choucrouteux de Tangerine Dream et Can. La diversité des genres abordés est assez surprenante pour ce newcomer qui fait étalage de sa capacité à dépasser la scène club et à visiter des territoires moins euphoriques.

On n’échappe pas à quelques sons un peu “carte postale”, comme les samples marins d’”Atlantis” et les relents dub de “Gabriel” ou “Do It”, mais le tout est si bien ficélé que l’on s’y sent bien au chaud, comme dans un cocon, bercé par le ressac des vagues analogiques. Les mauvaises langues ne manqueront pas de signaler que ce premier essai manque de relief et de folie. C’est sûr, John Daly n’est pas Moodymann ou Theo Parrish. Il ne bousculera sans doute pas les codes de la house. C’est un simple artisan - plus doué que la moyenne, mais tout de même un artisan - qui vient grossir la cohorte de nouveaux producteurs deep européens. Quoi qu’il en soit, je me suis laissé happé par cet album léger comme une bulle de savon, compagnon parfait pour ce printemps ensoleillé.

En bref : un tout jeune Irlandais livre un premier album deep-house d’une grande intensité malgré son tempo plutôt lent. Flirtant par moments avec le space-disco ou l’ambient, Sea & Sky figure d’ores et déjà en bonne place dans mon palmarès électronique de l’année.




John Daly - Time Again.mp3
John Daly - Freak Out Or Get Out.mp3

Le Myspace de John Daly
Le site et le Myspace de Wave Music

A lire : Culoe De Song - The Bright Forest et Moodymann - Anotha Black Sunday

2 Comments:

Nickx said...

C'est marrant ; y'a un petit côté Alpinisms de School of Seven Bells dans la pochette...en un peu plus dépouillé !

Dance To The Radio said...

J'ai aussi pensé à la pochette des SVIIB ...
Merci pour cette bonne découverte !