30 juin 2009

The Diff’rent Strokes - This Isn’t It Ep (2001)

Pour le plaisir (et sans aucun rapport avec Herbert Léonard), je tenais à vous présenter le disque le plus anecdotique du monde, qui je suis sûr vous a échappé, à moins que vous soyez 1. Fan hardcore des New-Yorkais 2. Dénicheur professionnel de perles rares. L’objet de cette chronique pour le fun, vous l’aurez compris, c’est ce disque pastiche (vous reprendrez bien un verre ?), sorti la même année que son original, parodiant trait pour trait le premier (et meilleur) album des Strokes.

Partons du pseudo, car c’en est un. The Diff’rent Strokes, si vous avez grandi en VO dans les années 80/90, c’est le titre de la série Arnold et Willy. Un Arnold que l’on retrouve imprimé en face B du disque (oui, certains ont même poussé le vice jusqu’à acheter le vinyle), en ultime hommage à la sitcom. Mais qui se cache derrière ce pseudo ? Personne ne le sait. Sans doute un mystérieux geek (suffisamment bien entouré pour être édité) qui garde son identité masquée depuis. Les spéculations vont bon train : les Strokes eux-mêmes ? Damon Albarn ? Pulp ? Moi ? Et finalement, who cares ?

La pochette, cela ne vous aura pas échappé, est également un détournement de l’originale, fameuse pour sa main gantée. Ici ce sont Playmobils et Légos les héros de l’histoire. Pourquoi ? Parce que le disque est composé de quatre morceaux (seulement) extraits de Is This It ?, remixés à la sauce Casio / drum machine / guitare. Le résultat est un jouissif assemblage instrumental, presque meilleur que l’original.

En face A, "Last nite" et "Hard to explain" repris au Casio, telles d’exotiques covers en mode easy listening. En face B, l’excellent "The modern age" sous forme de morceau disco 80’s fait main, et un "Is this it" au xylophone artificiel. Passé le côté anecdotique de ce disque destiné à rester dans l’ombre et à faire la joie de ceux qui le connaissent, c’est surtout l’occasion de constater à quel point même moquées et dénudées au maximum, les mélodies de Julian Casablancas restent sublimes.

En bref : 4 titres pour collectionneurs (cd ou vinyle), les Strokes comme vous ne les avez jamais vus, réduits à leur plus simple appareil, et pourtant plus efficaces que jamais.




"The modern age" et "Is this it" encodés par mes soins depuis le vinyle :



2 Comments:

BlogAndPlay said...

Superbe, le 12ème degré efficace y a que ça de vrai...
Pas sûr qu'il y ai un public pour ça, mais on va y penser aux Biblithèques Municipales de Genève de Genève :-)
Si jamais, http://blogandplay.wordpresse.com
(chez nous, c'est plutôt les Strokes que leurs cousins maléfiques...)

Dance To The Radio said...

C'est fou ce que ça reste efficace !