03 mai 2011

Fleet Foxes - Helplessness Blues (2011)

En 2008, les Fleet Foxes nous avaient surpris avec leur premier disque de pop pastorale rafraichissant tout droit importé du Moyen-age. Toute la critique s’était enflammée à l’égard des cinq barbus de Seattle et leurs harmonies de voix ensoleillées façon sixties. Autant dire qu’avec ce second LP - même si la pochette signée Toby Leibowitz est tout autant réussie - on les attendait au tournant.

Déjà après une première écoute, le constat est sans appel : le son des Fleet Foxes a gagné en complexité. Exit les mélodies efficaces et évidentes du premier album, ici les orchestrations sont luxuriantes et les morceaux prennent plus de temps à révéler leurs charmes. L’ambiance est un poil plus sombre et reflète en partie les trois années tumultueuses qu’ont traversées le groupe, plus particulièrement son frontman Robin Pecknold. À court d’inspiration, celui-ci s’est finalement avéré certain de la direction à prendre sur cet album enregistré deux fois de suite faute de satisfaction initiale et dans quatre studios distincts. À cela s’ajoute l’arrivée d’un sixième membre, Morgan Henderson, bassiste des Blood Brothers.

Alors que l'éponyme Fleet Foxes privilégiait les titres courts, les durées sont plus disparates sur Helplessness Blues et le groupe s’illustre aisément sur des formats longs comme le très changeant "The shrine/An argument". En huit minutes, le sextet enchaîne les changements de rythmes et d’ambiances pour finir dans un entrelacs de cuivres plaintifs. Et si le disque s’inscrit dans la même tradition de folk-gospel il s’enrichit cette fois-ci de teintes nouvelles : un violon orientalisant sur "Bedouin dress", des guitares bluesy à la fin de "Sim Sala Banim", additionné à une instrumentation touffue (flûtes, violons, cuivres) et le jeu de batteries d'un Joshua Tillman au mieux de sa forme. Mais ce qui transparaît surtout c’est l’influence grandissante de Simon And Garfunkel sur la musique des Fleet Foxes. On ne s’en plaint pas !


Les harmonies de voix semblent plus affinées que sur le précédent opus ce qui permet à la voix de Pecknold d’assumer pleinement son rôle de soliste. Son chant ne cesse de s’élever au dessus du lot, toujours aussi ample, et relègue souvent les chœurs, nimbés d’une réverbe d’église, au rôle de renfort. Sur "The plains/ Bitter dancer", les chœurs se superposent par vagues avant d’entamer le chant à l’unisson évoquant les harmonies de Crosby, Stills And Nash. Mais c’est avec des titres comme "Lorelai", "Blues spotted tail" ou l’inaugural "Montezuma" que la position de Robin Pecknold s’affirme. C’est son histoire, ses désillusions et ses questionnements existentiels qu’il raconte : «So now, I am older/ Than my mother and father/ When they had their daughter/ Now, what does that say about me ? ».

En bref : après avoir remis la pop pastorale au goût du jour, les Fleet Foxes nous démontrent qu’ils sont capables d’ingéniosité sans toutefois annoncer l’aube d’un renouvellement.






A lire aussi : Fleet Foxes - St (2008)

Le Myspace et le site officiel

"Montezuma" :



"Lorelai" :



En concert le 30 mai au Bataclan

15 Comments:

Jessyka said...

Je partage tout à fait ton avis !
Très hâte de voir ce que donne cet album en live, au Days Off.

Blake said...

Non, non, pas cinq barbus, uniquement quatre ! Blague à part, très pertinente chronique, moi, qui malgré 2 billets déjà consacrés aux renards de Seattle, malgré les éléments objectifs (cet album est plus dynamique ou lyrique par exemple), ai encore du mal à cerner la raison des frissons éprouvés avec ce disque...

Juste l'émotion pure qui vient à l'écoute de "Montezuma ou " Grown Ocean. Et l'émotion c'est dur à rationaliser.
Merci Mr Pecknod, merci les Foxes :-)

Nickx said...

Je ne l'ai écouté qu'une fois et à priori ce nouvel opus m'apparaît encore plus vain que le premier...

Dave said...

Hahaha, ce bon vieux Nickx !

Ju said...

Perso j'ai du l'écouter 2 ou 3 fois et je m'en souviens déjà plus..

Tom said...

Je m'attendais à un commentaire de cet acabit Nickx vu ta chronique du premier LP. C'est vrai que ce groupe déclenche les hourras de la critique qui en fait tout un foin mais faut avouer que, malgré l'emphase (entièrement assumée par Pecknold et ses acolytes), malgré le manque d'originalité, y'a quand même du bon sur ce disque !

Nickx said...

Je sais Tom, mais je n'arrive simplement pas à accrocher à ce groupe !
Et pourtant Dieu sait que je suis porté vers les bouseux américains barbus qui font des harmonies de voix, la-la-la....

Enfin, c'est toujours plus recherché que les Vaccines on va dire....autrement dit un groupe hype US vaudra toujours mieux qu'un groupe hype UK !

Mais bon....

Francky 01 said...

Hello Tom, belle chronique de ce groupe à part.
En 2008, les Fleet Foxes avaient été MA découverte surprise et n°1 de mon top disques. J'avais été immédiatement séduit et envouté par ce folk lunaire aux harmonies pastorales célestes. Une musiques de troubadours venus d'un autre temps, d'une autre planète.

"Helplessness Blues" n'a pas provoqué en moi cette séduction immédiate. Comme tu le dis si bien, les arrangements sont plus complexes, les ambiances plus sombres, les morceaux se donnent plus lentement à l'auditeur. De nouvelles influences accompagnent leur folk/gospel lunaire : blues, musiques orientale, violons, cuivres...

Un disque d'un grand lyrisme poétique, une ode onirique à l'apaisement !!!

A +

Nickx said...

Un disque chiant à écouter, pour tout dire...

Tom said...

Merci Nickx pour le mot de la fin :)

Nickx said...

No hard feelings mate !

D'ailleurs, ce ne sera pas le mot de la fin, car quelque chose me dit qu'on va battre une sorte de record avec cette chronique concernant les commentaires qui lui seront associés !

Il en est ainsi pour les disques qui font débat, pour mémoire Empires of the Sun ou Archive entre autre avaient déchaîné les passions !

Tu auras compris qu'il n'y a là rien de personnel !

A+

Tom said...

C'est vrai que ce disque fait débat mais surtout au sein des blogs alors que la presse est relativement unanime. Le classement des notes en témoigne : http://www.leguidemusical.com/82-blues-folk/4655-fleet-foxes-helplessness-blues.html
D'ailleurs c'est marrant qu'on soit dedans (j'ai sous-estimé la force de frappe de Dodb !). Enfin, on voit quand même que la note de 7/10 est en deçà des notes attribuées par les cadors de la presse.
Et t'inquiètes Nickx, j'ai bien compris qu'il n'y avait là rien de personnel, juste une petite hargne à l'égard d'un groupe d'indé trop encensé alors qu'il en existe toute une flopée d'aussi bons mais beaucoup moins notoires !

A +

Ced said...

J'ai écouté et pour être franc, c'est pas mal mais ça ne casse pas trois pattes à un canard. Il faut être réaliste, je vais retourner à ma platine vinyle et me mettre des Crosby, Stills, Nash and Young, des Simon and Garfunkel ou les Stephen Stills 1 et 2. C''est bien plus envoûtant et au moins ce n'est pas un plaigiat éhonté. Les Fleet Foxes ont simplement 40 ans de retard. Rien de nouveau sous le soleil. Ou peut-être pour ceux qui n'ont qu'une connaissance limitée de la musique.

Ju said...

@ Ced : +1. Je n'y arrive toujours pas non plus.

@ Tom : t'as vu cette puissance de frappe !! Ne jamais sous-estimer Dodb !

Nicks said...

Ah je voulais préciser quand même que R&F avait un petit peu descendu le disque !

Sinon Ced, je ne suis pas trop d'accord sur ta dernière phrase peu amène ; je pense en effet que si la musique est affaire de culture, c'est aussi une affaire de sensibilité pour ce qui est de l'apprécier !

Et je en crois pas que Tom soit privé ni de l'une ni de l'autre !

J'ai en revanche apprécié ta citation de Simon&Garfunkel ; j'en réécoute actuellement, et certains de leurs albums (j'en dénombre trois) sont absolument terrassants !