11 janvier 2016

David Bowie - Aladdin Sane (1973)

A LAD IN SANE , A GENIUS IS GONE

                    1947 - 2016

Préambule, Nicolas Courbey, (si tu m'entends, si tu me lis) présentait cette particularité de mimétisme physique avec son idole, comme souvent je l'ai remarqué, les adorateurs et ou fans exclusifs de l'Artiste. Me viennent quelques noms d'anonymes en tête, et plus universellement celui de Jérôme Soligny, évident !

Donc Nicolas fut en ces riantes années lycéennes mon passeur musical, celui avec qui j'échangeai fébrilement K7 et LP's et auprès de qui je dois bien le dire, je développai assez vite un intérêt quasi exclusif pour la new-wave (j'étais jeune), mais aussi un amour indéfectible pour les Cure (quelque peu dilapidé), Depeche Mode mais aussi surtout pour les Smiths.

Et au milieu, retour... ou plutôt direction les racines pop qui avaient façonné tous ces gens là : à travers toute une collection de galettes RCA, je découvrai ravi les premiers Iggy (produits et coécrits par... Bowie), Transformer du Lou, (produit et écrit etc)..., et assez vite l'intégrale du caméléon, dont très vite ce classique sans âge.... dont mon ami m'avait dit que "ce disque ne [te] plaira[it] pas" , et ce malgré l'enthousiasme manifesté face à l'écoute énamourée des autres chefs d'oeuvre.

Grave erreur, si leur écoute répétée me rend depuis longtemps Hunky, Ziggy et Diamond Dogs écoeurants pour ce qui est de les appréhender dans leur intégralité ;  je tombai non seulement en pâmoison devant celui-là, mais à la vérité, je n'arriverais jamais à m'en lasser...

Impossible déjà d'aborder Aladdin Sane sans mentionner la pochette flash éclair la plus célèbre du rock, celle qui de Nick Cave à Jay Jay Johanson en passant par... Kiss a été déclinée tant et tant de fois. L"androgynie à son sommet.

C'est dans cet écrin, et entouré pour la dernière fois en studio (ou quasi, il y aura l'album de reprises Pin Ups plus tard dans l'année) de ses Spiders from Mars, que Bowie envoie la purée glam : que n'a-t-on dit ou écrit sur ces "Watch That Man", 'The Jean Genie", "Cracked Actor" où affleurent les influences Warholiennes, une reprise survitaminée du "Let's Spend The Night Together", totalement à son avantage,  les hommages aux amis et héros contemporains tels Marc Bolan ("The Prettiest Star"). Lesquels côtoient des titres étonnamment baroque, cabaret, "Brechtiens" ; car c'est là la nouveauté Bowiesque : une nouvelle texture sonore apportée par le grand piano du nouveau venu Mike Garson.

Il faut entendre ce dernier déverser des cascades de notes, sur les très décadents "Aladdin Sane" (qui justifie à lui seul la possession de ce disque), "The Prettiest Star" "Time", "The Lady Grinning Soul"". Bowie a-t-il jamais mieux chanté et sur une palette aussi vaste que sur ce 6ème opus solo ?

Car le bougre, en parfaite phase avec quelque style que ce soit, aborde la musique noire : par un excellent doo-wop ("Drive-in Saturday") tout d'abord, puis par un morceau très ambitieux, qui annonce les splendeurs soul de Young Americans ou de Station to Station à venir ; un "Panic in Detroit" aux percussions et aux choeurs féminins irrésistibles.

Comme un trait d'union de son oeuvre passée et à venir, David Bowie offre beaucoup plus qu'un disque parfois qualifié à tort de transition : il signe de sa patte intemporelle 41' de bruit blanc et de tripes noires, du rock le plus primesautier à la pop la plus ouvragée et exigeante.

En bref : chacun ira s'abreuver à sa guise dans cette oeuvre on ne peut plus immense. Ici se mêlent rock et cabaret, testostérone et décadence dans une intelligence, une cohésion rarement atteinte. Le testament de Ziggy, mais pas celui de Bowie, qui jusqu'à preuve du contraire n'est pas prêt d'être mort !



"Drive-in Saturday" :


 "Panic in Detroit" :

2 Comments:

HIPHOP said...

ah!ah! je n'en attendais pas moins de toi
je vais te dire un truc : c'est toi qui m'a fait écouter pour la première fois du Bowie dans les années 80's, alors que mes copains écoutait Stéphanie de monaco, ç'était the man who sold the world, la voix ne me plaisait pas trop, c'était tellement étrange, tellement différent
j'ai jeté une oreille sur Blackstar, et j'ai le plaisir de vous dire que c'est carrément écoutable, voire bien ! je précise que au delà de tin machine, je n'ai rien écouté de bowie

Nicks said...

Toi qui aimes le métal, tu devrais réécouter The Man Who Sold The World ; des années après, ce disque reste important pour moi.

Avec Aladdin Sane et devant Station to Station et Low..

En revanche, plus possible d'écouter Hunky Dory, Ziggy Stardust ni Damond Dogs : trop écouté, trop entendu à la radio...

Ravi en tout cas que tu ravives avec émotion nos jeunes années :)