18 mars 2014

Damien Jurado - Brothers And Sisters Of The Eternal Son (2014)

Troisième volet refermant le triptyque débuté avec St Barlett et Maracopa, Brothers And Sisters Of The Eternal Son, le 11ème disque de l'américain Damien Jurado transcende les grands espaces de l'état de Washington via une folk en lévitation, à la frontière du rêve et de la réalité.

En partie émergé d'un songe servant l'impulsion créatrice du disque, Damien Jurado étale sa science des rêves pour concocter un univers liturgique et onirique, qui ne se délie du réel que par la force de ses échos christiques. L'américain originaire de Seattle est en effet guidé par des élans spirituels forts en conviction, ne reniant pas l'infra-sensible pour rendre intelligible sa musique, et le pari s'en trouve assuré avec brio. Après une introduction magico-religieuse fabuleuse "Magic Number", la piste "Silver Timothy" s'abandonne au ciel via un mouvement perpétuel et libérateur. Répétant son psaume d'une voix feutrée "Go back down don't touch the ground", le messianique crooner entend inviter toutes les oreilles du monde à rejoindre le firmament. Suivez le chemin, c'est facile !

Communicatif et rassembleur, Damien Jurado use d'un charisme vocal ensorceleur, mis au service d'un dynamisme orchestral qui donne cette force vitale si particulière aux morceaux. Ainsi la première partie du disque dessine une cavalcade entre ciel et terre, que la piste "Silver Donna" affirme à merveille. Percussions africaines au diapason, ce dernier titre se révèle le plus éthéré du disque, et peut à juste titre culminer à une hauteur suffisante pour tutoyer les neiges éternelles.




D'inspiration folk, Damien Jurado lâche donc quelque peu les chevaux pour faire entrer sa musique dans une pop baroque et lumineuse à la production très soignée, un poil trop peut-être. Mais cela n'altère quasiment jamais l'expression de vastité qui émerge de ces contrées, abandonnées à la contemplation des hommes. Du western spaghetti de "Jericho Road" à la quête de "Return To Maraqopa", on ne peut que s'agenouiller devant l'exactitude du geste employé pour nous projeter de telles images à la tronche.

Et bien qu'une certaine facilité d'usage dans la composition ne puisse brouiller notre plaisir ("Metallic Cloud"), la grâce n'est jamais très loin, attendant le moment judicieux pour exalter les arcanes d'une folk pop mystique qui jusqu'alors demeurait assoupie. Brothers And Sisters Of The Eternal Son referme et éclabousse de sa classe une trilogie timidement abordée, mais achevée ici avec éclat.

En Bref : quelques instants de beauté, immuables, viennent tutoyer la perfection et permettent à Damien Jurado de signer un album à la grâce certaine. Dommage que cette lumière divine n'emporte pas plus de morceaux dans son halo.





Clip Officiel "Silver Timothy" :


"Silver Donna"


2 Comments:

Ju said...

J'avais un peu lâché l'affaire avec Damien Jurado. Il faudra peut-être écouter celui-là !

Bouddhanight said...

Je te le recommande vivement. J'avais été peu emballé par les deux premiers de cette trilogie mais celui ci semble avoir trouvé la bonne formule entre une musique apaisée et des élans plus foudroyants :)