10 septembre 2010

The Midnight Juggernauts - The Crystal Axis (2010)

A Dodb en 2007 on avait bien aimé Dystopia l’odyssée spatiale des Australiens de Midnight Juggernauts. C’était suffisamment planant, pas trop bourrin non plus, même si pas vraiment révolutionnaire. Alors quand trois ans plus tard le trio de Melbourne revient sans faire trop de bruit avec une seconde galette, on veut savoir ce qu’ils sont devenus, si la recette prend toujours ou s’ils ont changé leur fusil d’épaule devant tant d’électro rock populaire.

Il faut peu d’écoutes pour se rendre compte qu’il y a eu du changement. Certes c’est toujours de la synth pop aérienne avec quelques moments qui tabassent, mais de manière générale on s’est éloigné des gimmicks Daft Punk / Justice du premier album pour un esprit d’avantage 70’s. Les morceaux prennent un peu plus leur temps pour instaurer une ambiance, et sur certains passages on n’est pas loin de l’expérimental pur et dur.

Autant les Juggernauts sont assez autonomes par nature, autant cette fois-ci ils ont quand même voulu se payer les services d’un ingé son. Du coup c’est Chris Moore qui s’y colle (TV On The Radio, Liars, Yeasayer…) et le son se fait plus symphonique, presque gothique, souvent épique. Côté univers il y a quelques morceaux qui ne dépareilleraient pas sur Space Oddity ou sur Wish You Were Here de vous savez-qui.


Là où ça se corse un peu c’est que contrairement au cochon, tout n’est pas très bon dans ce Crystal Axis. Sur les douze morceaux (dont deux sont des intros) seuls quelques-uns sortent du lot. "Vital signs" en premier lieu avec son intro sombre et accrocheuse, son rythme entêtant et son break tribal, "Lara Versus the savage pack" aussi, funk au début puis tout en chœurs à la fin. J’aime bien "Cannibal freeway" également, avec une intro intrigante encore une fois, puis un morceau qui galope jusqu’au bout. Enfin "Dynasty" qui suit le même schéma mais qui me rappelle définitivement à "Shine on you crazy diamond". Pour le reste Gérard Darmon avait raison, c’est bien mais pas top.

En bref : les Midnight Juggernauts reviennent avec un album de pop synthétique comme on en faisait avant, ni trop tape-à-l’œil ni trop dansant. Un voyage honnête à classer catégorie science-fiction musicale.





Le Myspace avec album en écoute

A lire aussi : Seventeen Evergreen - Life embarrasses me on planet earth (2007)

"Dynasty" et "Cannibal freeway" :




1 Comment:

Metanoia said...

j'ai hâte de l'écouter, j'ai tellement adorer le premier.