21 décembre 2009

The Bird And The Bee - Ray Guns Are Not Just The Future (2009)

Elle, c'est The Bee, c'est-à-dire Inara George, ci-devant fille du légendaire Lowell George, leader guitariste d'un des plus fameux groupes des 70's, j'ai nommé Little Feat. Lui, c'est The Bird alias Greg Kurstin, multi-instrumentiste qui a déjà pas mal roulé sa bosse. Leur association, on s'en souvient, a pris acte il y a deux ans sous la forme d'un album éponyme charmant.

Sur ce premier opus, la paire proposait une délicate voire paresseuse suite de chansons vaporeuses et mâtinées d'électro. Inara, d'une voix de tête assez onctueuse, reprenait les choses là où des groupes tels Brodcast ou Ladytron les avaient laissées. Un peu inégal, gentiment anesthésiant et doté d'une superbe pochette, ce premier effort avait fait son petit effet.

Aujourd'hui, on ne change pas une équipe qui gagne, mais comme le dirait Aimé Jacquet, le duo muscle son jeu ! Oh certes, pas de quoi relever d'infrabasses ou le compteur de b.p.m infernaux, mais ce nouvel album, toujours chez le mythique label Blue Note, se propose d'alpaguer le chaland par le biais d'un son un peu moins uniforme ; la palette a été retravaillée !

Ainsi, dès le Farfisa introductif de "Fanfare", on se surprend à rêver de nos groupes chéris que sont les High Llamas ou Stereolab. Disons-le, le son évolue bien vite, et jamais ce disque n'atteint les firmaments des groupes cités. Il souffre à la vérité d'une certaine molesse ici ou là ("My Love", "Baby", "Lifespan Of A Fly"), mais dans l'ensemble tient mieux la distance que son prédécesseur.

Il y a ainsi des swings bien à propos ("Diamond Dave", "You're A Cad"), de bons hymnes qui évoquent le savoir-faire façon Ladytron ("Love Letter To Japan", évidemment !).

Inara a vraiment un brin de voix charmant ; en voila une qui chante à la coule sans vraiment s'égosiller. Et quand elle susurre "I'm a witch and I"ll conjure you" sur "Witch", très Broadcastien, avec ses basses gainsbourgiennes et ses accents de Dulcimer, elle ne fait pas peur l'ombre d'une seconde ; le charme opèrerait d'ailleurs davantage à la façon d'une sirène plutôt que celui d'une sorcière.

Les deux compères ont aussi la bonne idée de recycler un excellent titre déjà sorti en single en 2007, ce "Polite Dance Song", dont les ta-da-da-la-la-la-la-la, renvoient tous les fans des choeurs Stereolabiens -dont je suis- dans les cordes !

Qu'en sera-t-il de ce duo dans les deux prochaines années, tant il apparaît que The Bird And The Bee est le joujou de ses deux membres ? On peut tout à fait imaginer en effet une carrière solo pour l'un ou l'autre.

Quoi qu'il en soit, nous retrouverons avec plaisir leurs sonorités sexy louvoyant vers le lounge, et qui sait, la paire accouchera-t-elle peut-être d'un disque enfin maîtrisé d'un bout à l'autre. A l'image des promesses suscitées par les meilleures vocalises de la dame.

En bref : le deuxième tome des mélodies sucrées d'un duo découvert il ya 2 ans. Toujours cette coolitude, d'ailleurs en progrès car plus diversifiée. En attendant encore l'oeuvre achevée de ces volatiles, on réécoutera les singles accrocheurs qui parsèment leurs disques.




le site , le Myspace

"Polite dance song" :

0 Comments: