30 mars 2015

The Dandy Warhols - Paloma (Nîmes) - 29/03/15


Les ineffables Dandy Warhols étaient en ville ce dimanche pour se rappeler à notre bon souvenir et présenter quelques uns des titres qui garniront leur 8ème opus à paraître cette année. Dernière date française de leur tournée printanière, celle-ci nous permet de vérifier que les quatre de Portland n'ont pas changé : toujours aussi branleurs dans l'attitude, minimalistes dans la forme -avec les Dandys, on dépasse rarement les cinq accords de base !
 
Nous retrouvons donc ce soir Courtney "Pocahontas" Taylor-Taylor, Peter Holmström et sa magnifique casquette "Cargo de nuit", Zia qui fait littéralement korg avec son instrument et Brent "je cache mes baguettes dans mes cheveux et vous n'y voyez que du feu" DeBoer, dont le tee-shirt rappelle opportunément les bataves origines.
 
Le concept de cette tournée est de piocher dans tout ce que le groupe a produit au cours de ses déjà 20 ans d'existence, et comme on peut s'y attendre, de puiser largement dans les 3 albums qui ont bâti sa réputation, l'excellent Come Down (97), le consensuel Thirteen Tales of Urban Bohemia (2000) ainsi que le très surfait album à la banane ("Welcome To The Monkey House").
 
C'est peu dire que la formule déjà bien éprouvée au bout de 3 albums a laissé une part bien congrue au reste du catalogue, puisque 11 chansons sur 19 jouées en ce dimanche soir étaient issues des disques susnommés, et qu'en outre, on a dénombré un brelan de chansons nouvelles dont le nouveau single ("Chauncey P. vs All The Girls In London").

Le concert fut tantôt parsemé de fulgurances (les "tubes" qui pour l'essentiel furent tous interprétés) tantôt de moments plus abscons, des parties instrumentales un peu chiantes qui reposaient peu ou prou sur une seule note (l'instru "Pete International Airport"). C.T.T qui se casse toujours aussi peu la glotte quand il s'agit de se mesurer aux basses saturées du Korg, a de plus été régulièrement trahi par une sono insuffisante sur les morceaux faisant le plus de raouf. 

Au rayon bonnes surprises, la redécouverte d'un très bon shuffle tiré de leur méconnu Earth To The Dandy Warhols de 2008 ("The Legend of the Last of the Outlaw Truckers AKA the Ballad Of Sheriff Shorty" oups...), l'intro toujours très efficace de "Be-In", ainsi qu'une interprétation toujours aussi conviviale des singles suggérés plus haut : la très stonienne "Bohemian like You" et ses "ouh-ouh !" fédérateurs, la très enlevée "Get Off", la toujours impeccable "Boys Better", et "Godless" qui même privée de ses trompettes s'en tire avec les honneurs.

Au rayon pétard mouillé, pas de rappel : alors qu'on s'attend à voir resurgir le groupe  pour un jam sur "It's a Fast Driving Rave-Up....."; Zia nous gratifiera d'une pittoresque mais un peu vaine démo de scratch sur son instrument favori. 
 
Bref, les Dandy Warhols tels qu'on les aime ou qu'on les conchie : géniaux de par leur patronyme; poseurs pour ce qui est du look et définitivement slackers lorsqu'il s'agit d'enfoncer le clou sur disque ou on-stage pour mettre tout le monde d'accord !

3 Comments:

HIPHOP said...

tu as une capacité hallucinante à te farcir des groupes moyens voire pas terribles pour aller chercher chez eux les deux trois trucs à sauver : chapeau :-)
je peux écouter et fermer les yeux sur les "bas" d'un groupe uniquement s'il y a des "hauts", des trucs vraiment bons. exemple les melvins (j'aime moins leur trip à deux batteries). bon faut pas pousser trop loin : les stones des années 80 ça ne risque pas de tourner sur ma platine de si tôt. mais peut être ne sont-ils pas les "génies" qu'ont dit...pour être tomber si bas. que vaut charlie Watts à côté de Mitch Mitchell ? pour moi y a pas photo...

Nickx said...

Bah, t'inquiète : je ne me les suis pas farcis, c'était un choix de ma part ! Je ne les avais jamais vus et je voulais les voir, d'ailleurs j'ai leurs disques !

Ce que j'ai vu est conforme à mon ressenti depuis la première écoute énamourée de leur "It's A Fast Driving Rave-Up" de 20 d'âge : ils n'ont jamais confirmé cette fantastique jam, jouent sur les mêmes accords ouverts tout le temps, et sont indéniablement un groupe de deuxième division !

Mais bon, comme dit plus haut, je les ai vus de mon plein gré, et on ne peut pas voir des Animal Collective ou des Liars tous les week-end :) !

Bouddhanight said...

Mon dernier souvenir des Dandy en live remonte à 2008 et un festoche gratos à Cluses. Ils étaient tous foncedés, mais alors méchamment,du coup une soupe d'un peu plus d'une heure qui aurait mérité de se terminer en massacre scénique à la manière de leurs cousins germains...