23 novembre 2009

Boris Vian - Chansons "Possibles" et "Impossibles" (1956)

Je ne suis à la base pas fan des écrits de Boris Vian et l'auteur de L'Arrache-Coeur m'évoque davantage un écrivain n'ayant pas forcément bien vieilli qu'une prose qui défie le temps. Aujourd'hui encore, je garde le souvenir d'une lecture harassante de L'Ecume Des Jours, roman pourtant court, qui est à la littérature ce que Love Story est au 7ème art : un mélo mièvre et complaisant. Les mots-valises du roman qui cite Jean-Sol Partre me paraissent donc aussi indigestes que la métaphore de son titre sonne princière.

Cette chronique a pourtant toute légitimité en ce sens qu'elle s'inscrit dans le cinquantenaire aujourd'hui célébré de la mort du multi-artiste à un âge Nicksien (brrrr!!!). Et aussi, car Boris Vian au cours de sa brève existence a touché à tellement de styles, de la chronique au journalisme en passant par l'écriture et la musique jazz -il jouait de la trompinette !- son oeuvre est tellement vaste, qu'il serait injuste de la réduire à ses seuls romans qui du reste, ne lui apportèrent nulle reconnaissance de son vivant.

C'est ainsi que nous nous intéresserons ici à l'oeuvre unique de Vian en terme de discographie. On le sait, le poète-musicien-écrivain a écrit des centaines de textes à la verve acidulée dont le flamboyant hit bondage "Fais-Moi Mal Johnny" chanté par la ravissante Magalie Noël. Cette chanson ne figure pas sur l'unique album 25 cm de Boris, véritable objet de collection puisque tiré à l'époque à 500 exemplaires... et qui côte dans les 500 euros aujourd'hui !!

Confronté (déjà !) aux tares de son époque, ou tout au moins moquant avec un humour ravageur les affres du progrès ("La Complainte du Progrès" et ses inénarrables "Viens m'embrasser/Et je te donnerai / Un frigidaire/ Un joli scooter / Un atomixer / Et du Dunlopillo"), l'alcoolisme "Je bois/ Systématiquement / Pour oublier / Les amis de ma femme" (tordant !), et bien sur les marchands de canons, les militaires : le mythique "Déserteur" au final beaucoup plus émouvant et consensuel que prévu par Vian initialement, et l'énorme "La Java des Bombes Atomiques" (ma préférée), dont je ne résiste pas au plaisir de citer ces vipérines rimes dédiées à l'apprenti sorcier nucléaire,
"Voilà des mois et des années / Que j'essaye d'augmenter / La portée de ma bombe /Et je n'me suis pas rendu compt' /Que la seul' chos' qui compt' /C'est l'endroit où s'qu'ell' tombe" (...).


Disons-le : Boris Vian n'était pas un fin vocaliste, il était avant tout musicien de jazz ; et sa voix pouvait même se révéler parfois désagréable, criarde, comme sur l'hilarante comédie de moeurs "Bourrée de Complexes", qui conte le triste quotidien d'une ménagère, réduite à "changer de sexe" pour que tout soit "arrangé" !

Mais son verbe au vitriol, mordant et humoristique à la fois, s'avérait souvent irrésistible, et longtemps après, demeure d'une réelle acuité : preuve en est cette charge entrevue dans " Les Joyeux Bouchers" sur la société de consommation, "Faut qu' ça saigne /Faut qu' les gens aient à bouffer /Faut qu' les gros puissent se goinfrer /Faut qu' les petits puissent engraisser /Faut qu' ça saigne /Faut qu' les mandataires aux Halles /Puissent s'en fourrer plein la dalle /Du filet à huit cent balles...."

Boris Vian mérite largement, en ce cinquantenaire de décès célébré, d'être réévalué comme un authentique et génial touche-à-tout, intrinsèquement doué -l'homme était ingénieur et sortait de Centrale- ayant plus oeuvré à la cause des chansonniers que les chansonniers eux-mêmes, superbe esprit contestataire !
Plutôt que d'incarner seulement cette éternelle icône rive gauche, uniquement associée à une poignée de romans adolescents vaguement surréalistes !

En bref : on oublie la voix approximative, le style pataud, et on prête une oreille attentive à cette irrésistible collection de billets d'humeurs visant ici et là la bombe A, le progrès, le cocufiage... et la viande rouge. Décapant !




"La Java Des Bombes Atomiques" :

7 Comments:

Dave said...

Pour une fois, je me vois obligé d'oser la contradiction mon cher Nickx. Pour moi, le Loft Story de la littérature, c'est Marc Levy ou Werber ou je ne sais qui d'autre, mais certainement pas L'Ecume des jours!

En fait, ce que tu dis de la voix de Vian explique peut-être ton aversion pour ses écrits. Tu dis que sa voix est approximative, son style pataud... Mais on se fout de sa voix! C'est son personnage, sa gouaille à lui qu'on cherche dans ses chansons - d'ailleurs son accent parigot et son ton un peu taquin ne sont pas pour me déplaire.

Il en va exactement de même de ses romans (et de ses nouvelles, qui sont souvent bien meilleures). Bien sûr que Vian n'est pas le plus grand écrivain du 20e siècle, ni même l'un des plus grands. Et bien sûr que la pataphysique ne sauvera sans doute pas le monde. Mais là encore ce sont l'humour et la fantaisie de Vian qui comptent, pas de le comparer à Kafka ou à Céline...

D'ailleurs tu es le premier à constater que "son verbe au vitriol, mordant et humoristique à la fois, s'avérait souvent irrésistible"... Pourquoi cette faculté de faire rire s'arrêterait-elle au format chanson?

Ceci étant dit, très bonne chronique, sur un disque que j'adore, et qui m'a comme tu le vois donné envie de réagir!

Bises
Dave

Ju said...

Un débat en 2009 sur un disque de 1956 de Borian Vian, où l'on cite Céline et Kafka dans un commentaire, il n'y a que sur Dodb que l'on trouve ça (:

Nickx said...

@ Ju
Oui, j'ame àpenser moi-aussi que le brutal coq-à-l'âne de nos chroniques, qui ose passer e l'électro ou du rock indé à Boris Vian,reflète bien l'esprit foutraque et mal rangé de nos discothèques - la mienne en particulier (où le métal peut côtoyer Léo Feré sans problème !

@Dave
Attention, je n'ai pas écrit "Loft Story", mais bien "Love Story", allusion à ce mélo sur pellicule qui fit florès dans les années 70 ; ça change un peu le registre, quand même !

Ensuite, quand j'insiste sur la "lourdeur" de la voix de Vian, qui est tout sauf un chanteur, ce dont on se fout (on est biend'accord !), c'est justement pour inciter les plus réticents à passer otre, et dire que les chansons de l'artiste méritent qu'on ne s'arrête pas à cette aspérité pour goûter à ces formidables textes !

Enfin, je te rejoins pour tout ce que tu dis par ailleurs, même si je suis pesohermétique à son style écrit romancé, davantage fait de métaphores et de style, tandis que l'aspect coup de poing de ses petites chansons réalistes me paraissent frappées du sceau du talent !

Un peu de celui de Brassens, qui lui mêmen'avait pas son pareil pour pourfendre la bêtise sur un format court, dans son rôle de La Fontaine contemporain !

Brassens, qui d'ailleurs se fend de la présentation de Vian au verso dudit 25 cm !

J'adore le talent que maifeste Vian dans cet exercice court, alors que j'ai plus de mal avec le format pourtant pas forcément très étiré de ses romans !

Ravi de lire tes remarques en revanche, pertinentes comme toujours, et de manière générale de te revoir si actif sur le forum, ce dont DODB ne saurait se plaindre !

Bises, et à bientôt de te lire !

PS : qu'arrive-t-ilà HIPHOP ? J'aurais juré qu'il allait être le premier à dégainer sur Boris....

Dave said...

Ah oui, effectivement, Love Story! Ceci dit ce n'est pas beaucoup mieux, si je me rappelle bien du film et de son horrible bande originale!
Bon, en fin de compte nous sommes d'accord sur l'essentiel: il faut écouter les chansons de Vian!
Bises!

HIPHOP said...

ce que tu dis de l'écume des jours m'arrache le cœur...
c'est pour moi un exemple de prose poétique indépassable. je l'ai lu à 17 ans, je l'ai relu à 30, bin tiens je vais le relire! le mélo n'est pas un genre méprisable, ça peut être du grand art, voir Douglas Sirk.

signé : hiphop, qui se met à aimer le hip hop, grâce aux chroniques DODB sur Jazz libératorz, comme quoi tout est possible.

Nickx said...

Au fait (mode perfide !), entre deux couches et deux bib', ça te dirait de nous pondre une nouvelle chronique ?

Ou bien t'as arrêté d'écouter de la zic et de voir des concerts ?!

DODB A BESOIN DE SES FORCES VIIIIIIVES POUR SON BAROUD D'HONNEUR DE FIN D'ANNEEEE!!

Anonyme said...

craig possibly blame closes oakland hilarious proceeded bills ifjokj errors shell
masimundus semikonecolori