25 janvier 2008

Jeff Mills au Rex - Automatik 10 ans limited (19/01/2008)

C'est toujours pareil lorsqu'on voit des légendes. On n'est jamais à l'abri d'une déception, surtout quand il s’agit d’un Dieu vivant comme Jeff Mills. Mais le Wizard, pionnier de la techno aux côtés de Kevin Saunderson, Juan Atkins et Mad Mike Banks, fondateur en 1990 du label/groupe Underground Resistance, puis d'Axis (1991) et Purpose Maker (1995), n'est pas de ceux qui se reposent sur leurs lauriers.

Lui qui a toujours été d'une fidélité exemplaire au Rex et à ses soirées Automatik depuis 10 ans ne pouvait se contenter d'un mix routinier pour célébrer l'anniversaire de la doyenne des soirées techno françaises, hebdomadaire qui plus est. Le résultat : une déflagration sonore si retentissante que les prochaines nuits, quelles qu'elles soient, me paraîtront mornes pendant un bon moment. Pour chauffer la salle avant l'arrivée de la star, l'Espagnol Angel Costa, en navigation perpétuelle entre Mayorque et Francfort, balance un set lourd et pimpant où les infrabasses taquines de Loco Dice croisent la pop sous codéine de Trentemoller. Un warm-up idéal, même si d'intolérants adorateurs de Mills éructent quelques “Casse-toi” bien sentis. Vers 2h30, un homme noir, discret et peu communicatif, prend place dans la cabine DJ. Une vitre l'empêche d'être en contact direct avec les clubbeurs, lui qui ne semble pas extrêmement chaleureux.

D’emblée, le tempo monte, monte… Les synthés forment une nébuleuse moelleuse où l'âme ne peut se lover, contrariée par l'envie irréfragable de se mouvoir qui monte dans les jambes de chacun. Enorme son de Detroit. Dense et radical. Basique. Grandiose. Au moment le plus inattendu, au terme d'une progression répétitive et tendue, résonne soudainement le timbre pur d'un saxophone ténor. Le beat se tait. Le cuivre soulève les hurlements des danseurs, avant qu'une rythmique funky indécente ne transperce le Rex de part en part. Un piano façon early house embraye et accroche des sourires béats sur les faces. L'homme que l'on nommera Driv' manque de souiller son pantalon sous la pression de ce mix monumental. Quelques boucles acides plus tard, c'est un spoken word sensuel et brésilien qui vient titiller nos tympans. Ravage cérébral.

En dehors de son classique The Bells et de l’hymne house Move your body de Marshall Jefferson (1987!), je n’ai reconnu aucun disque et je donnerai volontiers quelques dollars à celui qui me fournira cette fabuleuse playlist. Au-delà de cette sélection judicieuse, la technique du maître, surtout, a frôlé l’irréprochable. Concentré sur ses trois platines, le visage fermé, il est resté sans faiblesse. Au petit matin, après des heures de gigotements extasiés, le courage nous a manqué pour honorer le retour d'Angel Costa aux platines. Ce n’était simplement pas possible. Pas après ça.

Le site d'Axis Records

2 Comments:

Fab King Mole said...

Très bon ce post. Et vive la Driv' attitude !

Driv' said...

On n'est jamais à l'abri d'une petite pollution nocturne lors d'un rêve erotique où des beats turgescents sont venus perforer mes petites oreilles innocentes.
"Indécent", c'est le terme adéquat pour cette soirée...