19 décembre 2020

Top Dodb 2020



Qu'elle a été particulière cette année 2020. Peut-être parce qu'on a tous été plus ou moins confinés, privés de concerts, sans pouvoir nous déplacer chez nos amis les disquaires - jugés non essentiels (sic)-, chacun a fait comme il a pu pour se procurer sa dose mélomaniaque. D'où une grande hétérogénéité de choix chez nos rédacteurs, et une impossibilité de voir se construire un top collectif, une fois n'est pas coutume. Mais ça n'est pas grave. La sélection n'en est que plus riche. Et notre envie de continuer à découvrir et partager de nouvelle mélodies encore plus forte qu'avant. Voici donc LES tops Dodb. Bonne année quand même!


BOUDDHANIGHT :


1. TV Blonde - More Demos (Autoprod)

2. Poupard - Nous avons joué tous les deux (Petrol Chips)

3. Dataísmo - Homónimo (Diffuse Reality Records)

4. Suso Sáiz & Suzanne Kraft - Between No Things (Music From Memory Records)

5. Divine Face - Seeking Arrangement (2MR Records)

6. Cabane - Grande est la maison (Autoprod)

7. Tristan Arp - Suggested Forms (Human Pitch)

8. Junglepussy - JP4 (Jagjaguwar Records)

9. Sign Libra - Sea to Sea (RVNG Intl.)

10. Shit and Shine - Malibu Liquor Store (Rocket Recordings)


HIPHOP :


Charles Lloyd - 8: Kindred Spirits Live From The Lobero Theater (Blue Note)

Napalm Death - Throes Of Joy In The Jaws Of Defeatism (Century Media)

Bill Frisell -Valentine (Blue Note)

Mr Bungle - The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo (Ipecac)

Who Trio - Strell (Clean Feed)

Benediction - Scriptures (Nuclear Blast)

Igorrr - Spirituality And Distortion (Metal Blade Records)

Nevraska - I Left Work On My Way Home December 1st 1955 (Urgence Disk Records)

Today Is The Day - No Good To Anyone (BMG, The End Records)

The Necks - Three (Fish Of Milk)

Venomous Concept - Politics Versus The Erection (Season Of A Mist)

Neptunian Maximalism - Eons (Voidhanger Records)

Imperial Triumphant - Alphaville (Century Media)

Bohren Un Der Club Of Gore - Patchouli Blue (Pias)



JU :



1. Andrea Laszlo De Simone - Immensità (Ekler'O'ShocK)

Alors oui je sais c'est davantage un gros Ep qu'un Lp (19'56''), oui c'est sorti fin 2019 (mais en 2020 en France !), mais je n'ai rien entendu de plus beau cette année, et même depuis longtemps. Le jeune italien réinvente le Slow avec un grand S et lui donne une intemporalité pop autant ultra orchestrée que modestement intimiste. Je fonds à chaque écoute de ''Conchiglie''.



2. Mildlife - Automatic (Heavenly Recordings)

Très bonne surprise que ce groupe australien que je ne connaissais pas. Vendu sur l'étiquette comme un parfait mélange de disco, de krautrock, de funk et de rock psychédélique, on s'y sent très bien à chaque écoute. Jusqu'à ce ''Memory Place'' de 6'41'', sommet de balearic ludique.



3. Khruangbin - Mordechai (Dead Oceans)

Super varié, c'est la première fois que j'accroche vraiment à la musique du trio texan. A la fois dansant et chill, c'est dur de pas aimer.



4. Jim Noir - A.M Jazz (Dook Recordings)

Une nouvelle fois, dans le plus parfait anonymat, Jim Noir sort un nouvel album et nous sommes une poignée à nous en soucier. Une poignée de chanceux car celui-là ne déroge pas à la règle et s'avère être l'un de ses meilleurs, avec de nouveaux sons ''Air-iens'' (''Exagons'') et une constante perfection pop. Please Jim don't stop making music !



5. Holy Hive - Float Back To You (Big Crown Records)

Encore une surprise que ce trio de Brooklyn et son premier album. Comme des folkeux à falsetto qui auraient découvert la soul en traînant avec Lee Fields. C'est souvent très beau, mais surtout très smooth, quasiment chill sans être trop dark. Non je déconne. Super chouette album !



6. Nevraska - I Left Work On My Way Home December 1st 1955 (Urgence disk records)

Un album avec un titre pareil (Rosa Parks!) ne peut pas être mauvais. Un duo basse batterie avec plein de guests, dont un solo de sax free jazz à décoiffer un chauve.



7. Quakers - II- The Next Wave (Stones Throw Records)

C'est en ayant je ne sais pourquoi l'envie de réécouter le sous estimé premier album de Quakers de 2012 que j'ai appris qu'un nouveau disque venait de sortir. Et c'est toujours de la balle de gros hip-hop hyper bien monté, avec une tonne de guests, emmené par l'excellent producteur australien Katalyst.



8. Tenderlonious ‎- Quarantena (22a)

Véritable disque de confinement, il fallait être au courant pour voir apparaître ce petit bijou de jazz électronique et atmosphérique. Planant !



9. Sault - Untitled (Rise) (Forever Living Originals)

Je ne sais pas grand chose de ce groupe sinon que certains jeunes en parlent, et que ça a l'air excitant. Et en effet ça l'est. A chaque instant. Ca brasse les genres et ça groove. Let's dance !



10. The Microphones – Microphones In 2020 (P.W. Elverum & Sun, Ltd)

Le dernier survivant des folkeux tristes, Phil Elvrum alias Mount Eerie alias The Microphones sort une fois de plus un disque somme à ne pas écouter un jour de pluie. Mais bon dieu ce que c'est beau!



NICKX :


1. Crack Cloud - Pain Olympics (Meat Machine)

La nouvelle sensation indie post-punk qui pour une fois ne provoquera pas les bâillements attendus. Ce curieux collectif réussit haut la main son premier véritable et vindicatif long format.


2. Cabbage - Amanita Pantherina (Brassica Records)


Le meilleur groupe britannique des années 2020 redonne de la voix et prend son temps pour affiner et au-delà, le son post-punk revanchard qui a fait sa renommée. Un (déjà) nouveau classique.



3. The Boomtown Rats - Citizens ofBoomtown (BMG)


Le retour qui n'a rien de croulant de l'un des plus vieux groupes punk perdus de vue depuis des lustres. Non seulement émouvant mais gagnant, quelques mois seulement après le come-back des Specials. Quelqu'un a des nouvelles des Dexys Midnight Runners ?


0 Comments: