03 juin 2019

#TINALS 7ème édition - 30/05, 31/05 et 01/06 2019

Grian Chatten (Fontaines D.C.)
courtesy of Catherine Biasetto

Le chiffre 7 n'est pas que magique ; il est aussi symbolique. D'un virage à 180 degrés pris par l'emblématique festival nîmois. Exit le côté bling bling de têtes d'affiche bien installées qui lui avaient été reprochées lors de la précédente édition. Et si l'on déplore une représentativité moindre des artistes black soul jazz et une orientation pop indé affirmée, force est de reconnaître que ce faisant, le TINALS renoue avec la ligne éditoriale de ses débuts.
Que s'est-il passé pendant ce très chaud pont de l'Ascension ?


2019 - Point culminant : FONTAINES D.C.
           Satisfactions : LOU DOILLON / DTSQ / STEPHEN MALKMUS &THE JICKS
           Nadir (namouk) : SHELLAC 


LOU DOILLON fait taire tous ses détracteurs par son charme et sa générosité. Par les chansons de son petit dernier Soliloquy aussi.  KURT VILE fait admirer son remarquable toucher guitaristique. La chevauchée "Wakin on a pretty day", son " My my hey hey" à lui est un régal. Dans le genre come back réussi, celui de STEPHEN MALKMUS qui navigue toujours entre le chaotique et le sublime est à saluer.

La palme de la découverte exotique demeure les psychédéliques DTSQ de Séoul (!) qui de fait sonnent comme des Pond australiens.

Se confirme le talent hors norme des Dublinois de FONTAINES D.C,  leur punk pop fiévreux et leur chanteur au jeu de scène qui fait plus qu'évoquer Ian Curtis. De leurs deux prestations, celle du patio sera la plus incendiaire - la tête au sacre des Reds de Liverpool à 21H ?

On n'en dira pas autant du bourrin et convenu set de SHELLAC dans la Grande Salle.

Enfin, on nous murmure dans l'oreillette que les très bons aixois de JIM YOUNGER'S SPIRIT qui ont le bon goût de rendre un hommage au grand Roky Erickson ("Reverberation"), les Belges noisy de IT IT ANITA et la clique stonienne de NUDE PARTY ont eux aussi fait le métier et fait chavirer le festivalier.

A l'année prochaine !

0 Comments: