03 juin 2015

#TINALS 2015 - Soirée n°3 (31/05/15)

Back to the site !
 
Dans la grande salle de Paloma, évolue déjà Sleaford Mods, duo énervé de Nottingham qu'on s'est promis de voir à l'oeuvre, car leur espèce de tournerie dub avec basse post-punk sous fond de "fockin" harangué est assez jouissive. Deux écueils empêchent de trop s'y attarder : la compréhension de toute cette sympathique logorrhée qui s'avère ardue en live - or c'est l'intérêt premier du truc. Et puis scéniquement, l'acolyte de James aurait pu faire un effort,  à savoir jouer lui-même les lignes de basse, au demeurant trépidantes - on pense aux géniaux Ruts, Public Image de la première époque ! Là, le visuel fait un peu chiche... on n'en dirait pas de même si on croisait le duo dans une rue à taper la manche, bien sûr...

            Mortel !
www.jag-stang.com

Ne jamais se fier aux apparences ! Celle du son dégueulasse des mp3 des diverses plateformes, par exemple !  Celle de l'allure générale également. Car sur cette scène extérieure inondée de soleil, il est vrai que Unknown Mortal Orchestra ne paye pas forcément de mine. Son leader, le génial guitariste de poche néo-zélandais Ruban Neilson, porte casquette et tunique... mouais.
 
Néanmoins, comme on a su apprécier la rengaine "So Good at Being in Trouble" comme du reste l'étrangeté que constitue l'oeuvre de ce groupe atypique, on se rue : et là c'est la claque !
 
La production chétive et les voix volontairement noyées dans le mix sur disque - autrefois l'apanage de Kim Fahy au sein des  Mabuses - sont ici mises à nu. Que d'intelligence, que d'audace dans les sonorités, les mélodies tarabiscotées de UMO, devenu quatuor.
 
Où l'on passe d'une espèce de pop expérimentale à tendance... allez lâchons le vilain mot qui ne veut plus dire grand chose, psyché ! à une sunshine pop avenante et excellemment exécutée, dans laquelle Stevie Wonder côtoie Steely Dan et tout un tas d'iconoclastes chéris (la liste est longue) !
 
Jamais le groupe ne donne l'impression de se complaire de ces arrangements et breaks compliqués, tout est absolument en place. Le concert va crescendo, et on ne peut que s'incliner devant tant de musicalité et de climats maîtrisés. L'année 2015 sera Unknown Mortal Orchestra, guys ou ne sera pas ; Multi-Love vient d'ailleurs de sortir, et il faut s'en aller l'écouter séance tenante. Meilleure prestation de ce TINALS ; y'a pas photo !

Ensuite, cold wave au programme dans la grande scène avec  le déprimant set de The Soft Moon, déprimant parce que le type sur scène n'arrête pas de dire qu'il veut mourir, et on se dit qu'à ce rythme, il va nous la faire la grosse bêtise. Loops, bandes pré-enregistrés, éclairage violet (bâillement)... tout ça laisse froid ; voire songeur. Il est plus que de rigueur d'aller chercher du réconfort à l'extérieur.

True Blood meets les Stones d'Altamont = un concert de Foxygen

courtesy of Franck Alix ; many thanks dude !

Et alors là, chapeau, grand moment ! Alors qu'on a déjà passé sur le lieu une heure d'anthologie en compagnie d'UMO, les doux allumés de Foxygen remettent ça pour ce qui pourrait être leur tournée d'adieu. Ou pas. Ce jeune groupe semblant déjà avoir fait siennes les ficelles du métier.
 
Comme par exemple celle de tromper son monde en se foutant sur la gueule, d'abord pour de rire en mimant un combat d'épées entre le bassiste et le guitariste. En simulant ensuite la grosse colère de ce même bassiste qui plante le groupe au bout de 20"... suivi de près par le reste du groupe, qui reviendra revanchard.

Et puis il y a Sam France, qui tarde à rejoindre le devant de la scène, alors que ses copains ont commencé à ferrailler : normal, il semble qu'un membre de la sécurité se soit mépris sur son teint de cire, sa dégaine décadente de vampire fin de siècle, et l'ait empêché de monter !

Lorsqu'il arrive enfin, monté sur ressort, c'est un festival ; notre homme ne tient pas en place, saute comme un cabri, et vocalement se situe dans un registre toujours plus Jaggerien que nature. Aux côtés de trois jolies choristes, marque de fabrique du groupe sur scène, qui se trémoussent et secondent le frontman déjanté à la manière de Ikettes déchaînées.
 
Son compère Jonathan Rado, l'air amusé mais imperturbable suit tout cela de derrière ses claviers. Les 6 musiciens nous gratifient de refrains/hits garage de leur cru, tous plus irrésistibles les uns que les autres ; le délire sur scène est total.
 
Et notons que Foxygen dans une démarche très post-punk à l'ancienne, ne daigne pas jouer plus d'un morceau de son récent ...And Star Power. Pose et excitation ont à nouveau droit de cité dans un univers pop parfois si sclérosé ; pari gagné, le public prend son pied.
 
  GoodGoodNotBad

http://www.blogto.com

L'un des nombreux groupes canadiens à se produire lors de ce festival, on l'a presque découvert accidentellement sur Nova sur leur remix northern soul d'un titre pop made in US. L'on sait cependant que ce remix n'est en rien le reflet du son de BBNG, trio de jazz instrumental à la base.
 
C'est à nouveau dans le club que ça se passe, et les trois jeunes gars de Toronto, bientôt rejoints par un sax baryton, rivalisent de dextérité qui à la basse, qui aux drums, qui au Fender Rhodes.
 
C'est super, le public est sollicité comme pour un concert pop pour le clap, et ça le fait tout simplement. Pour résumer, on pense aux plages instrumentales de vieux disques de Tortoise, mais puissance 10 quand même ; là les mecs sont cent coudées au dessus ! Et un bon live de plus, un !       

Forcément, ce concert des canadiens fait que l'on rate -à dessein- la grand messe d'Interpol, là même où deux groupes coup sur coup nous ont enthousiasmés cet après-midi. Bon, la messe est vite dite en ce qui concerne votre serviteur. S'il y a une vague de la Grosse Pomme (avec Liars, Animal Collective, Fiery Furnaces ou TV On The Radio) passionnante à l'heure actuelle, celle d'obédience plus new wave et incarnée par le groupe de Paul Banks ou autres Bloc Party, nous pompe un peu le chou. Les mecs sont bien sapés certes, mais c'est moi ou le mec il chante faux  ?

Ah la la la la's !


www.welogreen.fr

Pour clôturer ce 3ème TINALS à une heure déjà avancée, une question se pose avant d'en découdre avec la pop surf west coast des Allah-Las ; à quoi un groupe dont la formule tient autour de chansons en mi - qui donne toujours l'impression qu'il va jouer "Louie Louie" et "Gloria"- tient-il son succès critique depuis plus de deux ans ? Réponses éventuelles : à son charisme, la faculté à transfigurer son art en live.

Raté ! le chanteur, très perturbé par un problème de micro qui pourtant ne dure guère, fait la gueule durant tout le concert. Les chansons au demeurant agréables ne s'élèvent jamais, il n'y a rien qui dépasse. Bref il s'agit d'un set un peu mou du genou - c'est le moins qu'on puisse dire ! Alors, les mecs chantent à tour de rôle, c'est sympa, les références sont évidemment OK ; mais pfff en dehors d'un festival, qui peut avoir envie de se coltiner un show aussi sage, aussi monochrome ? Les fans, sans doute... Et ce ne sont pas les pas de danse des BadBadNotGood venus prêter main forte en fin de set qui inverseront la tendance.

On ressort en tout cas de cette prestation, lessivé, fourbu de crampes, car les trois jours ont été denses et arrosés. Le bilan est plus que jamais positif : rayons réussites, Mikal Cronin, Shamir, Aquaserge, Gaz Coombes, Only Real, Vaudou Game, The Divine Comedy, Unknown Mortal Orchestra, Foxygen et BadBadNotGood... plus tous ceux qu'on a ratés comme Wand, Dan Deacon et d'autres parce qu'il fallait faire des choix.

Rendez-vous l'année prochaine, on a déjà hâte d'y être!

9 Comments:

Ju said...

Sleaford Mods c'est cool sur disque en tous cas !
Pour Unknown Mortal Orchestra, c'est cool que vous ayez aimé. On les avait vus avec Maud en premiere partie des Flaming Lips à Paris, et meme si c'était sympa, ce n'était pas mémorable.
Quant à Multi Love, déjà écouté quelques fois ici, pareil, c'est sympa mais pas renversant. Je préfere encore celui d'avant. Donc à mon avis 2015 ne sera pas ( ; Mais je veux bien croire que le live était cool !
Soft Moon ca m'étonne pas.
Bon puis t'as vu Foxygen hein ! ( : Ya quand meme de la personnalité ! Par contre nous ils avaient joué pas mal de titres de Star Power.
Puis Interpol on s'en calice !
En tous cas ca avait lair d'etre une bonne année, content pour vous.
Bises !

Nickx said...

On s'en calice, ça veut dire on s'en cogne c'est ça ?

Le seul hic, c'est que après avoir chié sur Suuns l'an passé ,j'ai un peu remis ça sur Soft Moon auquel je ne trouve aucun intérêt (Gaël s'est régalé en revanche), et je crains que ça ne fasse un peu trop pour mon amitié naissante avec Bouddha :))

Surtout que dans le même temps, il venait enfin de récupérer une place pour les voir demain je crois !

Julien, pourras-tu me pardonner ?

Nickx said...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Ju said...

Oui c'est ca, tu as bien interprété le On s'en calice, et j'en ai plein d'autres dans mon sac des comme ca ( ;

Bouddhanight said...

Ne t'inquiète pas Nickx c'est comme ça que je t'aime, un droit de réponse en bonne et due forme se prépare... Le set auquel j'ai assisté était très bon, empli d'énergie et pas déprimant pour un sou. Mais critiquable pour des raisons que je t'exposerai bientôt...

Nickx said...

OK!

HIPHOP said...

bon ben je crois que je vais draguer le hellfest pour l'année prochaine, y a pas d'raison que ce soit toujours les mêmes qui aient des entrées gratos pour les festivals...
bises
hip hop from hell

Gabriel Lemercier said...

Sleaford Mods est un groupe originaire de Nottingham, pas de Manchester ! Je rêve de voir un de leur concert, les paroles sont incroyables et celui qui compose les sons a bien raison de ne pas jouer sur scène car c'est faire preuve d'honnêteté. Vaut mieux ça qu'un mec qui appuie sur des faux boutons en remuant la tête.

Nickx said...

Remarque corrigée pour la ville originaire des SM, merci à toi !

Avec un peu de retard, car le TINALS n°4 va bientôt commencer :)) je te réponds :

ce que je voulais dire, c'est qu'il est dommage a fortiori sur une grande scène, d'occuper aussi mal l'espace, même si les mecs ne sont que deux.

Et aussi, parce que je pensais naïvement qu'avec une musique aussi répétitive et reposant sur la vindicte - les textes sont géniaux, en ça je te rejoins- le "compositeur" comme tu l'appelles allait prendre la peine de ruer dans les brancards avec sa basse.

Là, il se contentait juste de boire des bières, pendant que son collègue postillonnait sa bile (;)), je ne vois pas ce que l'honnêteté a à voir là-dedans......en revanche, peu d'interaction avec le public pour le coup !