23 juillet 2012

CN - Ra (2012)

C’est pour moi l'un des gros espoirs électroniques du moment. Après avoir écouté plus que de raison  son EP de 2010 repressé en début d’année (Utrecht), j’ai commencé à suivre de près l’actualité de Stian Gjevik, alias EOD ou CN. Et il y a de quoi faire ! Le garçon ne s’arrête jamais : en 2012, il a déjà produit deux longs EP, dont le splendide Questionmarks, et un album (Obscure Research, uniquement dispo en digital), et annonce une flopée de 12" pour les mois qui viennent. Gravitant toujours autour d’un axe tracé entre Detroit et l’Angleterre, Underground Resistance et Rephlex, il y ajoute une sorte de douceur boréale toute scandinave, avec une attention particulière pour les mélodies et même, dans le cas de Ra, une touche funky loin d’être déplaisante.

Proche d’un mini-album dans sa version digitale, qui contient trois bonus tracks, Ra est un EP de 6 morceaux irréprochables où l’on retrouve tout ce qui faisait le charme d’Utrecht : une déferlante d’arpèges analogiques, des flashes acides, des séquences rythmiques bien old-school et rugueuses dans lesquelles s’infiltrent des nappes vaporeuses… Les références croisées aux mythologies mésopotamienne ("Oannes", divinité mi-homme, mi-poisson) et égyptienne ("Wepwawet", "Heru-pa-khered") titillent l’imagination, même si pour ma part ce sont plutôt des images de stations spatiales et de trips intergalactiques qui me viennent naturellement à l’esprit à l’écoute de ce disque dédié au Dieu Soleil.

Prêtant une nouvelle fois allégeance à Drexcyia et sa techno sous-marine sur un "Aqua Soul" imbibé de Rhodes, CN est encore plus convaincant sur la face B lorsqu’il ralentit un tantinet le tempo et exploite à fond la délicieuse clarté de ses mélodies ("Heru-pa-khered", "Oannes"), ou tente une incursion boogie-funk avec le magistral "Wepwawet". EP impeccable, donc, et très bonne pioche pour le petit label belge WeMe Records, même s’il y a fort à parier que CN signera bientôt dans une grosse écurie.

En bref : plus que jamais ancrée dans les années 90, l’électro analogique de CN (aka EOD) est toujours aussi passionnante sur ce gros EP à la fois funky, cosmique et intensément mélodieux.




EOD sur son site, Bandcamp et Soundcloud
Le site de WeMe Records

A lire aussi : EOD - Utrecht



1 Comment:

Roman Poussou said...

Oh que oui ! Aqua soul va être écouté plus que "de raison" ! Merci pour le partage ;)