20 octobre 2011

Nicolas Jaar - Space Is Only Noise (2011)

Échaudés par quelques EP plutôt brillants et singuliers, Nicolas Jaar nous achève avec ce LP. On sent encore aujourd'hui les fourmis dans les jambes à la première note de Time for us, EP qui, en son temps, avait rendu accroc notre ami Dave, et avait emballé notre microblogosphère. Space is only noise nous met cette fois sur le cul. Lenteur, calme et volupté, c'est l'extase tout du long. La pochette, avec son bébé endormi en bordure d'un espace quelconque, terrain très vague, nous annonce qu'on naviguera doucement dans un film d'Antonioni, dans des espaces évidés, décadrés, un peu hagard, très loin du grand speed de la machine sociale. La force de Jaar c'est d'avoir un style, et de parler sa langue tout en empruntant à la grammaire du Dubstep, du Hip Hop et de la House.

On retrouvera les ingrédients des EP, avec un côté "manifeste" en plus : ça commence et ça finit par deux types les pieds dans l'eau qui devisent sur tout et rien, on ne saisit pas vraiment de quoi ils parlent, d'ailleurs, mais on partage avec eux un moment de sérénité parfaite, ces moments où finalement on se sent exister, et où ce dont on parle n'a plus d'importance. Accéder au pur plaisir d'exister, ne rien faire, et devenir la musique.

Tout est délicat, délié et caressant dans cette musique qui apprivoise et annule tout ce qui pourrait nous heurter dans les basses fréquences et les hachures Dubstep, les beats du Hip Hop et les claps de la House. Un piano à la Éric Satie, sur fond de hoquets spatialisés nous met d'abord en condition. Puis quelques notes translucides nous introduisent dans un premier morceau très cool, très feutré, dans un genre "birth of the cool dubstep". On ne comprend rien à ce que raconte la voix bidouillée, puis tout à coup c'est Tristan Tzara en personne qui conclut l'affaire : "va mon enfant, cours mon cheval".

S'ensuit un magnifique morceau Trip hop, avec voix enfumée et break tzigane. Puis "Keep me there" déroule une house savante, où un saxophone haché et démultiplié s'invite dans la section rythmique. Le morceau nous tient en haleine, frustre et excite la danse, par son arythmie savamment entretenue. Éblouissant. Un Hip Hop anesthésié clôt la face A : "I got a". On reconnaîtra un sample de "I a got a woman", mais le grand Ray en a pris un sacré coup à la libido. Nicolas en arrive a un tel point de détachement vis à vis du monde, que l'hyper libido possessive en devient hors sujet ("i got a"... quoi déjà ?).

La face B est tout aussi passionnante. Chaque morceau s'inscrit dans un genre différent, propose une voix, un timbre différent. Une fibre pop est bien présente sur quelques morceaux ("space is only noise"), ce qui nous change un peu des bribes répétées mille fois de l'album de James Blake (aïe, je vais me faire taper sur les doigts).

En bref : un disque captivant de bout en bout, épais, poétique, stylé. Pour tous ceux qui sont proches du burn out, en ces temps difficiles.




Le site officiel

"Keep me there" :



Lire la suite

19 octobre 2011

Real Estate - Days (2011)

Toujours cette sensation de plénitude dans la musique de Real Estate. Insensibles aux sirènes du mainstream, Martin Courtney et ses acolytes doivent sûrement vivre sur une autre planète. À moins que les paysages du New Jersey n’aient un perpétuel effet exaltant sur leurs compositions. Car, c’est toujours dans un registre enjoué et ensoleillé que s’évertue le quatuor. Pas la moindre once de déprime ou de spleen. Ce nouvel effort semble pourtant plus produit que son prédécesseur qui donnait la délicieuse sensation d’émaner d’une vieille radio de plagiste. N’en déplaise à certains, le quatuor prouve, une fois de plus, qu’il sait faire de la bonne musique, désormais plus pop que lo-fi. Et ce, avec son apparente simplicité dénuée d’emphase.


Avec Days, leur collection de chansons pop s’agrandit de dix nouvelles compositions en mid-tempo. L’introductif "Days" et "Green Aisles" nous confirment que les guitares n’ont rien perdu de leur symbiose. Les arpèges entremêlés de solis langoureux ont un effet addictif immédiat. "It’s Real" surenchérit avec sa rythmique appuyée, sa ligne de basse véloce et ses chœurs épiques. On tient là un des singles de l'album, s'il en faut un. Nos écoutilles en redemandent. La suite n’est qu’une succession de ravissements sans interruption. "Out of tune" tire son épingle du jeu grâce à l’aisance de Matthew Mondanile qui achève le morceau sur des effusions de couleur. Et quand vient la fin, non pas de l’été mais de ce disque, Real Estate nous gratifie d’un final honorable. Pas de solos heavy ni de montée du style post-rock, juste quelques minutes épiques où la batterie et le gimmick de basse intensifient la rythmique comme un ultime jam en guise de remerciement. On apprécie.

En bref : Real Estate franchit le cap du deuxième album avec brio et continue de diffuser sa bonhomie rayonnante. De quoi transformer votre platine en toaster gorgé de soleil du New Jersey.




A lire aussi : Real Estate - S/t (2009) et le projet solo de Matthew Mondanile : Ducktails - III : Arcade Dynamics (2011)






Lire la suite

17 octobre 2011

Connan Mockasin - Le Poste à Galène, Marseille (15/10/11)

Arrivés tôt dans la place, Mme Nickx et moi nous retrouvons absolument seuls dans un Poste à Galène solennel, qui se remplira progressivement pour finir bondé. Dans une ambiance bon enfant, ponctuée d'un soundcheck bizarre (Mashed Potatoes, tubes disco et doo-wop revisités), le groupe arrive sur une scène déjà jonchée d'instruments, et clin d'oeil amusant, recouverte de tapis en forme de ballon de rugby et de fanions dédiés aux All Black !

L'on s'aperçoit assez vite que le show tourne autour de Connan Hosford alias Mockasin, de sa blondeur qui le fait ressembler à un Kevin Ayers contemporain (mais à la voix haut perchée) ; d'ailleurs, avant dernier à rentrer sur scène, le percussionniste, flanqué d'une guitare est aussi grimé d'une perruque blonde, qui l'espace d'un instant le fait passer pour son leader.

Du reste, tout le monde porte des perruques de fille dans la bande, et il me faudra tout le concert pour déterminer que le batteur aux faux airs de Dave Grohl, n'est pas victime de sudation naturelle, mais que celle-ci provient bien de la prothèse dégueulasse qu'il porte.

Foin de considérations capillaires, le show démarre sur de bons auspices en épousant le track-listing de l'album : c'est d'abord "Megumi the milky way above", bien envoyé par un groupe soudé et composé outre du percu discret susmentionné, d'un second guitariste également clavier en robe de chambre rose à fleur - on n'est pas au showcase de la Fnac de Lille, mais l'esprit geisha est là! Il y a aussi une très efficace section rythmique.

Connan, qui porte effectivement des mocassins rapiécés est très en verve, souhaitant un bon anniversaire à ses proches (son bassiste, l'une des tourneuses), ce qui donne un un avant goût réjouissant des festivités de la soirée. Suit l'incontournable "It's choade my dear", baignée de chorus comme du reste tous les morceaux du répertoire, qui de temps à autre sont aussi filtrés à des pédales d'effets plus tourbillonnants. Connan demande à la régie de monter le son sur sa voix, effectivement en retrait, et qui refuse les aigus sur certaines phrases de "It's choade...". Sans en faire des tonnes, l'on s'aperçoit que Connan est un guitariste inspiré dont le toucher (essentiellement balayage du pouce et picking) n'est pas sans rappeler un illustre devancier, John Mc Geosh, feu bretteur de Magazine et des meilleures oeuvres de Siouxsie and The Banshees : mêmes accords diminués, et puis ce son new-wave propre au chorus, toujours...

Alors que l'on croit Connan et ses gobelets de Coca sobre - il finit quand même par réclamer une bière - notre homme laisse lourdement tomber sa Fender au corps de Vox sur ladite bouteille. Par la suite, "Unicorn in uniform" déçoit un peu, car exempte de ce son de synthé onirique qui lui est propre, mais "Faking jazz together" envoie la sauce !

Arrivé au mitan du concert, et avant une longue jam de rigueur sur "Forever dolphin love", bien plus digeste que sur disque, Connan, pas barbare, nous prévient que pour fêter la dernière date de sa tournée française en compagnie de son formidable groupe, il y a une after prévue après le set, qu'on est bienvenus si on souhaite jerker avec la bande de kiwis....

Après le rappel, ambiance totalement débridée : pour fêter l'ambiance "lézard" décrétée par Connan, place à un sauter dans la fosse, quoi dans le public, montage à califourchon sur le dos d'un grand gaillard, grand délire de traversage du public du peignoir rose, pour le morceau du même nom "Lizard", nouveau titre dansant et très emballant, appelé à figurer dans le prochain disque. Tout comme ce "I wanna roll with you" sur lequel notre blondinet invite le public à répéter ad libitum deux phrases, le titre puis "You're such an easy thing", et pour lequel votre serviteur sera convoqué pour vocaliser au micro.

Finale avec un "Please turn me into the snat" de haute volée, avant que de guincher en compagnie d'une poignée de survivants désireux eux aussi d'en découdre sur des vieux hits de Blondie, pendant que madame Nickx se fait prendre en photo aux côtés de Connan buvant une coupe de champagne. Excellente soirée, et nous continuerons bien sûr à suivre le périple discographique de ces oiseaux avec grand intérêt.

"Egon Hosford"



Lire la suite

Concours - Fink en concert au Rocher de Palmer, places à gagner

L’anglais a sorti cette année son quatrième album studio intitulé Perfect Darkness et même si l’on n’a pas encore eu le temps d’en parler on peut vous dire qu’il est très bien. Toujours chez Ninja Tunes, toujours aussi minimaliste et touchant, Fink continue d’explorer avec sa guitare des territoires folk feutrés qui ne manqueront pas de ravir quiconque acceptera de s’y plonger. C’est sur la date bordelaise du sublime Rocher de Palmer que nous avons jeté notre dévolu pour vous faire gagner l’un des deux pass pour deux mis en jeu. Pour cela il suffit de répondre à la question suivante :

Quelle note avait-on mis à l’album Sort Of Revolution de Fink sorti en 2009 ?

Et d’envoyer vos réponses à contact@desoreillesdansbabylone.com avant le samedi 29 octobre. Bonne chance à tous.

Le site de Fink, celui du Rocher
Réserver sa place sur Digitick



Lire la suite

16 octobre 2011

Baxter Dury - Happy Soup (2011)

« No one ever told us that - haha hahaha - we're gonna be left alone - HAHAHAHA HAAAAAAAHAHA ».Ce gros fou rire gras, probablement capté en studio puis superposé sur l’un des refrains les plus gracieux de cet élégant Happy Soup ("The Sun"), figure en substance ce dont il est question dans ce troisième album de Baxter Dury. À écouter la voix, les histoires, et les détails de la production, on se rend très vite compte que la trivialité des choses en est la matière première. À partir de cette matière, le geste artistique de Dury s’exprime en deux mouvements : en sublimer la poésie autant qu'en moquer le grotesque. Et c’est ainsi qu’il s’amuse, avec une nonchalance déconcertante, à désamorcer les plus beaux moments de grâce du disque ("Leak at the disco", "Happy Soup") en leur juxtaposant tour à tour des notes de clavier espiègles ("Afternoon"), ou des coups de batterie puérils ("Trellic").

C’est avec cette même nonchalance que Dury, capable, on le sait, d’écrire les plus belles mélodies, réduit ses lignes de chant au minimum, parfois jusqu’au fameux sprechgesang désabusé qui avait participé à la réussite de "Cocaine Man" (Floorshow, 2005), l’un de ses titres les plus remarquables. Il laisse ainsi ses plus beaux refrains à l’enchanteresse voix féminine qui l’accompagne tout au long du disque. C’est là que je pense à Gainsbourg. Je pense aux années soixante aussi. Et je pense aux films de la Nouvelle Vague. C’est certainement le clip du premier single "Claire" qui m’y amène. Mais c’est aussi et surtout cette manière de sonner volontairement faux pour sonner émotionnellement juste. Là où ces cinéastes usaient de faux raccords, Dury use d’apparentes fausses notes (procédé évident sur "Afternoon", par exemple), ce afin de mieux saisir la beauté brute des choses.



Beaucoup de références franco-françaises, ici. Et pourtant… Chacun des disques de Baxter Dury fait preuve de choix esthétiques forts. Ici, qu’est-ce qui frappe d’emblée ? La forme pop ? Les touches de synthés ? Plus encore, c’est cette étrange mise en son de sa propre voix. Celle-ci, lorsqu’elle ne cède pas sa place à celle de la chanteuse, est particulièrement mise en avant dans le mixage. Comme si Dury avait voulu capter l’essence de son accent, sa britannicité. Et je repense au cinéma. À ces cinéastes anglais qui, à l’époque, avaient développé l’équivalent so bloody british de notre Nouvelle Vague. Je pense à l’excellent The Knack… and how to get it, où il s’agissait, comme ici, de répondre au trash par l’humour et la poésie.

Les comparaisons sont flatteuses, mais le bonhomme, lui, est humble. Humble au point d’enfouir ses plus belles perles au fond d’un album modestement sympathique. Qu’entend-on à la télé, dans les supermarchés, ou sur les sites web des magazines de mode ? "Trellic", "Claire" ? Et pourtant, à l’écoute du disque, ce sont les superbes "Leak at the disco", "Happy Soup" et "Trophies" qui laissent deviner le chef-d’œuvre que ce troisième album de Baxter Dury aurait pu être. Mais là n’était pas l’intention, et nous la respectons. Avec le chapeau bas, fût-il melon ou pas.

En bref : au triste, au trivial et au trash répondent l’humour, l’élégance et la poésie dans un bel album qui, n’essayant pas d’être le chef-d’œuvre qu’il pourrait être, cherche simplement et avant tout à affirmer sa condition éminemment britannique. Et cela suffit à en faire un objet d’intérêt universel.





Le site officiel

La chanson titre au sommet du disque, "Happy Soup" :


Lire la suite

11 octobre 2011

Bodies Of Water - Twist Again (2011)

Jusqu'à il y a peu, l'amorce "Twist again..." pour un titre n'évoquait guère que celle d'un nanar français de Jean-Marie Poiré, Twist Again a Moscou. Détail qui n'a aucun intérêt mais qui méritait d'être souligné.

Il faudra désormais lui adjoindre celle du 3ème LP de nos chouchous angelenos de Bodies Of Water, dont le moins qu'on puisse dire est qu'il est paru dans un relatif anonymat ; l'époque avare de bons disques se devait de réparer cette injustice.

Car en attendant le nouveau long format des cousins canadiens de Family Of The Year, dont un nouvel EP est annoncé sur la page d'accueil du site, sachons nous repaître de Twist Again, et lui reconnaître ses indéniables qualités.

Si Meredith et David chantent toujours aussi bien de conserve, mais ça, il n'y avait aucune raison pour que ça change, le dénuement, le dépouillement voire le recueillement sont mis en exergue sur cette troisième parution. Moins d'emphase, les Bodies Of Water sonnent moins "hippies" qu'à l'époque des tonit(r)uants "Gold tan peach and grey" et"Darling be here" sur A Certain Feeling (2008). L'album démarre avec un "One hand loves the other" apaisé, susurré par Meredith, et tout le disque est peu ou prou de ce tonneau.

Les morceaux sont plutôt courts, à l'exception (et encore !) de l'exceptionnel "Open rhythms" saupoudré de piano électrique qui, après Beck et son "Paper tiger" de 2002, convoque à nouveau le fantôme du grand Serge ; d'ailleurs, on jurerait entendre les cordes du non moins grand Jean-Claude Vannier ! Miam, encore un inédit de Melody Nelson (aux faux airs de "Jane B.") à se mettre sous la dent !

Le reste du temps, les rythmiques élastiques rappellent encore et toujours les Belle & Sebastian d'antan ("Like a stranger", "Mary don't you weep", superbe), et s'insinuent volontiers vers des territoires plus pop ; car pour qui en doutait, les Bodies Of Water sont un groupe pop, c'est évident !

Ici, l'émouvant "Lights out forever" renvoie au "Only you" d'hier , là "In your thrall again" -fins lettrés, les BOW utilisent des mots tels que "thrall" (esclave), comme seul Nick Cave sait le faire !- évoque les envolées lyriques des deux premiers albums. Et la ballade crépusculaire "You knew me so well" de clore ce très bel ouvrage.

Au gré des disques et à contre-courant des modes, voila une formation qui mine de rien, vient déjà d'enchaîner 3 LP's à la suite, sans faute de goût. A quand des dates en France ?

En bref : où l'on retrouve avec plaisir la suite des aventures musicales de nos angelenos favoris. Le versant pop se resserre au détriment du choral. Mais le plaisir reste intact.






Le site, Le Myspace

A lire aussi : Eyes Will Pop And Eyes Wil Blink (2006) et A Certain Feeling (2008)

"Open rhythms" :



"Mary Don't You Weep" :


Lire la suite

Kim - Radio Lee Doo (2011)

Tralala Lee Doo ! J'ai en ma possession depuis quelques jours le dernier volet du triptyque de Kim. Et qu'on ne s'y trompe pas, notre homme est toujours d'humeur affable ; aussi nous apprêtons-nous comme lui à croquer son disque. Et de le voir arborer la chemise du Joueur du Grenier ne peut que donner du coeur à l'ouvrage !

Problème, l'on s'aperçoit rapidement que les mélodies que l'on se plaisait à fredonner sur son précédent, l'excellent Mary Lee Doo - sans doute le meilleur de la série - sont peu ou prou absentes sur cet opus. Oh, il y a bien sur ce "Muriel", enlevé en diable, et ce vigoureux "I'm getting old" (Kim n'a pas 35 ans !), appelé à devenir une tournerie live, il y a aussi "The candidate".

Mais point ici de synthés Art Of Noise, le parti pris kitsch est (volontairement ?) mis de côté (il y a bien quelques claps...), et Kim semble ici davantage s'aventurer vers une muzak teintée de variété qui lui sied de moins en moins ; peut-être était-il temps en effet de boucler la boucle de ceinturon de son personnage Lee Doo.

Pour illustrer cet état de fait, il y a un morceau ("Don Lee Doo") que l'on jurerait piqué à Philippe Lavil sur son chorus, et où l'on croit entendre des arrangements façon Kim....era and the Operaiders (!), cette sainte horreur peinturlurée des années 80 ; oui c'est un peu cela Kimera meets Abba (façon "Arrival") - pour remonter le niveau !

Alors, l'on note de la clarinette sur "La Dolce Lee Doo", chanson un peu en rupture avec le reste de l'album, quelques éléments Supertramp ici ou là, et surtout un très bel épilogue, ce "Goodbye Lee Doo" en demi-teinte qui voit notre bordelais nous adresser son chant du cygne, celui d'un concept inauguré en 2008, superbe ode acoustique qui clôt ainsi le triptyque.

Cependant, l'écoute de ce 19ème album même si pas désagréable, nous laisse quand même une impression d'inachevé, ou plutôt de tournage en rond. On espère que Kim, sa trilogie terminée, saura revenir à ses fondamentaux que sont les chansons grattées, en acoustique ou électrique d'ailleurs.

Car même si nous n'avons rien contre le Nain Pourpre, singer Prince n'est pas ce qui sied le mieux à notre homme, bien plus à l'aise dans un rock indé blanc façon Beck, son héros tutélaire. Il est à noter que le même reproche a pu être fait à ce dernier !

Parce que tu ne seras jamais Mika, on veut des guitares, Kim et balance-nous au clou (au moins pour un moment) tes vieux claviers eighties !

En bref : pour paraphraser Pierre la Police, et si Kim nous annonçait son prochain disque lo-fi enregistré dans une cave pourrie, sur un fanzine photocopié ? Bref, et si les chansons reprenaient le dessus sur le son ?!




le site , le Myspace, le teaser n°1 , le teaser n°2

Lire la suite

10 octobre 2011

Archers Of Loaf - Icky Mettle (1993)

Qui se souvient encore de ce groupe américain emmené par Eric Bachmann ? Apparemment la maison de disques Merge, puisqu’ils ont eu la bonne idée de ressortir l’objet du placard, indisponible depuis des lustres. Que ce soit clair, Icky Mettle est pourtant un grand classique de l’époque, à l’image d’un Slanted And Enchanted du groupe Pavement à qui le quatuor a longtemps été comparé. Le genre de premier album qui ne se reproduit pas, dans lequel le groupe met tout ce qu’il a à dire. Une fulgurance qui mettrait d’accord n’importe quel adolescent slacker en mal de mélodies lo-fi et d’émotions fortes.

Archers Of Loaf venait de Chapel Hill en Caroline du Nord. Icky Mettle était la première pierre d’une courte discographie stoppée en 1998 sans tambours ni trompettes. Enregistré en sept jours pour la modique somme de 5000$ (à moins que cela ne fasse partie de la légende), le disque est pourtant resté très longtemps dans nombre de classements musicaux. Aujourd’hui il est donc réédité avec plusieurs bonus à l'occasion d'une reformation qui vaudra ce qu’elle vaudra, mais qui a au moins le mérite de lui redonner une seconde vie, car tout le monde devrait l’avoir écouté au moins une fois.

Première raison à ce succès, le premier titre, "Web in front", véritable carte de visite du groupe et tout simplement le morceau archétype de ce qu’est l’Indie rock avec un grand I. Court, catchy, tordu, intense, simple, viscéral. Eric Bachmann hurle littéralement dans son micro à la manière d’un Kurt Cobain, les guitares sont saturées au possible, l’attitude est nonchalante. Les parties de gratte d’Eric Johnson ne sont d’ailleurs pas sans rappeler celles de leurs voisins de Superchunk, notamment sur "Last world", autre bombe de ce disque incunable. Tous les morceaux valent leur pesant d’or, que ce soit pour leur mélodies, leurs arrangement bizarres, leur côté noisy inimitable ou tout simplement leur urgence. Plus personne ne sonne comme ça aujourd’hui.

En bref : un disque essentiel pour l’indie rock des années 90. Une claque adolescente à l’énergie brute.




Acheter le disque, le site officiel

Ma préférée, "Web in front" :



Lire la suite

01 octobre 2011

SBTRKT - s/t (2011)

On connaissait du dubstep son penchant crasseux et sectaire, vibrant de wobbles à s'en faire vomir les tripes. Un genre fermé et réservé à un certain public, qui danse en sabbat surréaliste dans les caves, prodés jusqu'au matin. Et puis, Burial est passé par là, et on a commencé à prendre conscience que ce genre pouvait se résumer à autre chose qu'aux beats bouffis d'un Skrillex ou d'un Rusko.

SBTKRT - prononcez "subtract" - est là pour nous le prouver. Ce sont les très médiatiques Young Turks qui nous livrent leur galette, et on pourrait penser qu'après quelques fautes de goûts, ils commencent à s'acheter une bonne réputation. De prime DJ, le jeune londonien saute le pas l'année dernière et se découvre des talents de producteur avec son EP Step in Shadow.

Son titre "Look at stars" promettait déjà cette hypertrophie jouissive qu'on retrouvera sur son premier LP, qui prend au dubstep son côté poisseux et sensuel sans en faire forcément une arme de destruction du tympan. Caché derrière son masque, il pioche comme son mystérieux compère Zomby dans les sonorités 8-bit et rafraichit ce genre très codifié. L'album est homogène, chaleureux, dansant, parfois touchant dans ses mélodies indécises. SBTRKT joue avec les sons électroniques pour les modeler à l'envie : tantôt la bassline se fait chaloupée, tantôt le beat est autiste. Mais tout son travail semble taillé pour les chants de ses excellents featurings, à commencer par le fantastique Sampha, dont la voix doucement rugueuse se prête parfaitement aux ambiances étranges de cet album éponyme.

Cependant, ce n'est pas lui qui est à l'honneur sur la perle du disque. C'est bien l'adorable Little Dragon qui pose ses trémolos sur "Wildfire". Ambiance torride, cri tropicaux, air oriental, le ventilo tourne et la musique respire la cyprine. Le titre est porté par un clip admirable, qui colle au son comme les draps aux jambes de la demoiselle qui l'habite.

A l'instar du costumé Totally Enormous Extinct Dinosaurs (c'est à croire que l'habit fait le moine !), SBTRKT semble déjà maître des ritournelles robotiques et bipantes sous ses arches funkées. Il nous livre ici un album plein de maitrise et de finesse, porté par un titre tueur, et on en redemande. Un début encourageant.

En bref : voilà une nouvelle valeur montante qui fait du dubstep un genre raffiné.




Le Myspace

Le clip fiévreux de "Wildfire" :



Lire la suite