31 janvier 2007

The Flaming Lips - Yoshimi Battles The Pink Robots (2002)

Sorti en 2002 et déjà onzième album du trio américain emmené par Wayne Coyne, Yoshimi est un surprenant album concept, sorte d’opéra rock autour du thème de la lutte menée contre les machines par une jeune japonaise. Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce groupe de pop alternative d’exception, leur musique à mi-chemin entre la pop et l’électro est vraiment étonnante, originale et surtout très poétique. Musique indéfinissable, incomparable, perdue entre l’indie, le noisy et la pop psyché, elle reste pourtant tout à fait accessible, comme si Radiohead avait arrêté de se plaindre et chantait des chansons positives, ou encore mieux, comme si Brian Wilson avait eu de quoi faire de l’électro entre les mains. Déconcertant à chaque instant, certaines chansons débutent en folk et tournent à mi-parcours en synthés futuristes que Daft Punk n’aurait pas reniés non plus. Un album planant et innovant à chaque seconde qui mérite de nombreuses écoutes. A redécouvrir également leur album de 1999 Soft Bulletin qui les avait enfin réconcilié avec la critique et le public, ainsi que leur nouvel album At war with the mystics.

Côté playlist, "Flight test" en intro donne une bonne idée de ce que va être la suite de l’album, après elles sont toutes belles donc c’est dur d’en sélectionner une. Peut-être une préférence pour la numéro 5, "In the morning of the magicians" qui rappelle le Giorgio Moroder des 80’s. Sinon "Do you realize", la 9, est une de leurs chansons les plus connues. "Yoshimi part 1", la 3, est assez sympa aussi. A vous de vous faire votre propre opinion.




"Do you realize" en live :

Lire la suite

28 janvier 2007

John Holt - 1000 Volts

Lumière tamisée, petite flûte de champagne rosé dans la main et belle créature à charmer. La platine diffuse un son enveloppant de complaisance. Les corps se rapprochent, les têtes dodelinent et tout le reste est déjà écrit. Si vous projetez une de ces jolies soirées « sweet and love », Mister John Holt pourra certainement vous accompagner dans cette romance.
C’est du reggae à votre surprise, mais de l’époque où ses plus beaux succès s’inscrivaient comme une flèche cupidonienne dans un cœur.

C’est en 1973 que le mythique label Trojan records produit et sème dans les bacs une compilation des meilleurs titres de John Holt sur des riddims de Bunny Lee. Le disque s’intitule 1000 Volts. C’est un carton et suivront deux séquelles du premier volume : 2000 Volts et 3000 Volts. A cette époque, John Holt n’est plus un débutants, depuis plus de 20 ans il collabore avec les plus grands noms de la musique jamaïcaine.
Holt fait ses armes dans les concours de chants de Kingston pendant la fin des années 50. Il remporte son premier radio crochet à l’âge de 12 ans. Il est rapidement produit par le talentueux Leslie Kong qui lui fait enregistrer un premier titre reggae love « Forever I’ll stay / I cried a tear ». Mais c’est en devenant le chanteur du groupe The Paragons en 1964 qu’il rencontre le succès. Il est alors produit par le label de référence Studio One qui comptera plus tard dans ses rangs un certain Robert Marley. Le groupe se sépare dans la fin des années 60 et John continue la route en solo. Il n’aura de cesse de sortir des titres de qualité comme « Stick by me », meilleure vente de l’année 1972 en Jamaïque.
C’est dans mes heures de flânerie dans les music-shops de Belfast que j’ai dégotté ce très agréable 1000 Volts. Très homogène dans le style reggae love aux accents soul, la voix douce de John Holt nous berce pour l’éternité sans que la culpabilité ne puisse nous déranger ne serait-ce qu’un instant. Difficile de ressortir un seul titre de cet album, cependant quelques curiosités resteront dans nos mémoires. Les deux classiques « Killing me softly » (réactualisé depuis par les Fugees et Lauryn Hill) et « Girl from Ipanema » dans des versions très charnelles tout en se permettant un contre-temps reggae toujours présent. Le titre « I’d love to want me » contient un petit mouvement où John Holt intègre du Beatles dans son chant pour une improvisation sur « Let it be ». C’est particulièrement jouissif.

En bref, une compilation de qualité de Mister John où le love l’emporte peut-être sur le reggae mais pour notre bon plaisir. A placer pour une soirée de douceur et de détente tout seul ou à deux selon les affinités...
A écouter : « Help me make it through the night » (extrait de 1000 Volts) et “Police in helicoptere”, titre très reggae roots histoire de prouver que le bonhomme est polyvalent et talentueux.

Fab.






Lire la suite

24 janvier 2007

Tangerine Dream -Stratosfear

Tangerine Dream fait partie de ces groupes que l'on n'écoute plus, que l'on n'a peu écouté et que l'on n'écoutera pas.
Fondé en 1967 par Edgar Froese, un avant-gardiste de la musique électronique, le groupe s'inscrit dans la lignée des groupes Allemands d'Europe de l'Ouest de "rock choucroute" (Neu!, l'excellent Kraftwerk qui suivra...) qui cherchaient à se défaire de l'influence musicale anglaise et américaine et qui en fait cherchaient tout court.
Leur musique psychédélique s'inspire du Jazz, du classique. Il ne s'agit pas d'une musique d'ambiance mais bien d'une musique qui interroge, propose; parfois inquiétante, parfois naïve, toujours planante.
La discographie de Tangerine Dream impressionne par sa multitude, sa multiplicité des genres, des époques. Stratosfear fait partie avec Encore des albums que l'on retiendra pour leur originalité. A écouter, une fois!

Lire la suite

23 janvier 2007

Charlotte Gainsbourg - 5:55


Charlotte a décidé de se relancer dans la chanson. Pour mémoire elle avait déjà sorti un album avec papa Serge Gainsbourg intitulé Charlotte for ever en 1985. C'est donc 11 ans plus tard, après avoir révélé de réels talents d'actrice qu'elle reprend son micro. Et pour l'aventure elle a choisi de faire dans la dentelle. Elle a réunit la crème de la scène électronique actuelle. Pour le principal c'est le groupe français de notoriété internationale Air qui pose ses samples soignés. Puis c'est le notable Nigel Godrich qui s'occupe du remixage et de l'affinage des petits sons, comme il a souvent aimé faire avec Radiohead et Beck.
La Gainsbougeoise semble par son approche vouloir faire ressortir une toute autre finesse dans sa musique que celle de son père. Et cela se confirme à l'écoute de la voix délicate et appliquée qu'elle pose sur chacune de ses chansons. Moi qui craignait un album sans trop de saveur je suis plutôt surpris. La musique est aussi très travaillée, les deux jeunes de Air y ont mis de leur personne. 5:55 est un album qui me rappelle le style d'Emilie Simon. Avec l'apport de dizaine de petits cliquetis et tintements divers sur les morceaux de piano, de violon ou de guitare on découvre une ambiance bien féérique. Mais je reprocherais à la voix de Charlotte d'être parfois trop monotone. Et peut-être un manque de maitrise des aigüs. Mais le tout reste très sympa à écouter.

La première chanson 5:55 est une petite introduction refrain en anglais, couplet en français. Elle s'ouvre sur AF607105 pour moi la meilleure de l'album. Charlotte se veut singulière, la douceur avec laquelle elle prononce
we wish you all a very happy pleasant flight
puis enchaine assonances en écho, procure une agrèable sensation de légèreté ... The operation ralonge de quelques instants l'envoutement. Je retiens aussi Beauty Mark, très Airienne. Little Monsters, rythmées par les triangles. Et enfin Everything I cannot see plus pop. Charlotte y prête une voix entrainante et éveillée avant de refermer doucement l'album avec une petite berceuse Morning Song.

Charlotte Gainsbourg fait un retour gracieux et subtil, qui vaut à mon avis la peine d'être écouté. Au moins pour la magie de la seconde chanson. Un très beau mélange électro pop. C'est papa qui serait fier!

Extraits





Lire la suite

22 janvier 2007

Van Morrison - Astral Weeks


A l'heure où j'écris ces quelques mots, notre ami Fabien sillonne assurément les rues de Belfast si chères à l'Irlandais Van Morrison ou encore Van the Man.
Van apprend la musique très tôt, il joue dans des petits groupes de blues de rue dès l'âge de 11 ans. Il apprend le piano, l'harmonica puis la guitare.
A 15 ans il décide d'abandonner l'école et c'est alors qu'il commence sa carrière de musicien. Il chante tout d'abord dans des showbands mineurs avant d'intégrer The Theme en 1962.
C'est avec ce nouveau showband qu'il réussit à se faire connaitre sur la scène britannique avec des compositions telles que Gloria (chanson reprise ensuite par Patti Smith).
En 1966, Van arrête The Theme et part aux Etats-Unis. Il gagne le coeur des ricains avec une petite formation blues. 2 ans plus tard seulement âgé de 23 ans, il décide de trouver un style propre à lui et aboutit sur l'album mythique Astral Weeks.

Pour ce faire, il réunit des jazzmans et leur présente les riffs de guitares qu'il avait travaillés ces dernières années avec son magnétophone. En 15 jours l'enregistrement est bouclé, il en résulte des chansons très originales, profondément imprégnées de la voix déjà expérimentée de Van. Une rythmique à la guitare assez simple est accompagnée de multiples improvisations de flûte légères uniques. Un violon va et vient lentement tandis que les guitares blues tonifient l'ambiance comme des cigales sous un soleil du sud californien.

La première chanson de l'album In the Beginning nous rend bien la quiétude qui accompagne Astral Weeks. L'idée d'être allongé au pied d'un arbre, un épi de blé entre les dents, un chapeau de paille nous couvrant le visage d'ombre me rempli la tête à chaque écoute. Harmonie pleine avec la nature. Il nous transmet ensuite la passion pour son Irlande natale à travers Cyprus Avenue.Il chante avec coeur et on retrouve en lui une des influences de Jeff Buckley. On continue avec Madame George, 9 minutes de bonheur. Puis on finit tranquillement le cd avec Slim Slow slider.

Les instruments très improvisés et le chant spontané de Van font d'Astral Weeks un album qu'on a le goût de réécouter. Un voyage initiatique à la recherche de son identité musicale. Il a beaucoup marqué et continue d'influencer des générations de musiciens.



Lire la suite

16 janvier 2007

Woodstock Dream - Elliott Landy

Pour compléter la lecture du très bon Oh, hippie days ! d'Alain Dister, et ajouter de l'image au texte un petit détour par le magnifique album photo Woodstock Dream s'impose. Près de 400 pages de photographies réalisées par l'américain Elliott Landy qui de Bob Dylan en passant par le concert de Woodstock en 1969 et les nombreux clichés des mouvements sociaux de l'époque nous donne une vision fidèle des sixties aux Etats-Unis. Avec un prix frôlant le ridicule pour un album photo (7€), vous pouvez deviner ce que j'en pense... don't miss it !
LANDY (Elliott), Woodstock Dream, Paris, Acte Sud, 2000, 400 pages, environ 7 €

Lire la suite

Alain Dister - Oh, hippie days !


Oh, hippie days ! retrace le road trip d'un jeune journaliste français en herbe dans les Etats-Unis des années 60. Alain Dister, aujourd'hui rock critique pour le mensuel Rock n' Folk, écrivain et photographe a repris ses carnets de route américains tenus entre 1966 et 1969 pour nous livrer ce témoignage à la fois lyrique et intelligent. En les remaniant et en y ajoutant des commentaires, il nous permet de nous immerger dans le mouvement hippie. Déjouant les pièges de la mythification, il propose un regard clairvoyant sur le "flower power", ne négligeant aucune critique à son égard. Avec un oeil et une oreille avisés de musicophile il emaille son récit d'inombrables références musicales de l'époque. On croise alors le Grateful Dead, les Jefferson Airplane, les MC5, The Band, Janis Joplin et bien d'autres groupes et chanteurs psyché moins connus. Chacune des expériences du jeune banlieusard (de 25 ans à l'époque) est connectée à un souvenir musical, une chanson du moment, une sortie d'album, une performance live vécue en direct. C'est tout bonnement délicieux.

On dévore ce livre sans s'en rendre compte et c'est aussi l'occasion d'approfondir ses références en rock sixties. Alain Dister insère régulièrement au cours de son récit des sections "playlist" où il nous livre ses plaisirs musicaux de l'époque. Pour quelques ridicules 5€ Dister nous offre une bonne dose de hippie style, alors pourquoi s'en priver...


DISTER (Alain), Oh hippie days !, Paris, J'ai lu, 2006, environ 5-6 €

Acheter sur Amazon ou sur Ebay
Lire la suite

15 janvier 2007

Macka B - Roots Ragga Live (1992)

Macka B, de son vrai nom Christopher Mac Farlane, est né de parents jamaïcains immigrés en Angleterre. Véritable rastafari, il vit à 100 % sa culture rasta et son attachement à Jah, son surnom Macka B va même jusqu’à signifier "marteau qui enfonce Babylone". Cet album enregistré en live en Allemagne en 1992 est l’occasion de découvrir l’univers particulier de cet amoureux du reggae, à mi chemin entre roots et ragga. Il le clame lui-même haut et fort, "I don’t like the reggae, I love it". Il représente pour moi le Tiken Jah anglais avec des thèmes de prédilection forts et engagés dans ses textes comme, l’Apartheid, le peuple africain, le respect de mère nature, la non violence, le racisme et bien sûr… la marijuana dont il fait fréquemment l’apologie dans ses lyrics. Quoi qu’il en soit un véritable album reggae qui donne une pêche d’enfer. Et respect à cet artiste qui dialogue avec son public et qui entre deux "Jah ! Rastafaride !" n’oublie pas de rendre hommage à ses références, Marley, Tosh, Spear et autres Israël Vibrations.

A écouter "Don’t drink to much" et son fameux passage "don’t drink to much, it’s better to smoke marijuana" et son refrain "I wanna get high". "Racist back off" n’est pas mal non plus dans le genre. "Rodney king medley" peut facilement vous faire bouger également. En fait tout est bon et ce live s’écoute d’une traite.


Ju.

Lire la suite

Sean Lennon - Friendly Fire (2006)

Voici enfin le deuxième album de cet illustre "fils de" après Into the Sun en 1998 qui m’avait il faut dire assez déçu malgré les louanges de la critique. Il est vrai que l’on attend beaucoup de la descendance de ce bon vieux John et que le poids sur ses épaules doit être lourd à porter, qu’importe. Mais voilà, Sean, tout seul comme un grand, n’hésite pas à nous livrer ce que je qualifierais d’album pop de l’année. Même s’il n’invente rien, il parvient à écrire dix chansons d’une beauté et d’une délicatesse telle qu’aucune d’entre elles n’est à mlaisser de côté. On y trouve des rythmes simples, beaucoup de guitare sèche mais surtout cette voix androgyne qui nous balade de mélodies en mélodies que l’on retient dès la première écoute tant elles sont simples et efficaces. Un petit jeu quand on écoute cet album peut-être de chercher quelle chanson est sous l’influence de son père et quelle autre est sous celle de Paul (Mac Cartney bien sûr), ses deux "papas" musicaux si l’on peut dire. Un bonheur ! Sean passe en concert en Février à Bordeaux et nul doute que j’en serai !
_
Dur dur de ne retenir qu’une ou deux chansons tant elles sont toutes efficaces. Pourtant je citerai la première "Dead Meat", hommage au merveilleux Elliot Smith (à écouter d’urgence si vous ne le connaissez pas), la très Lennon-ienne "Spectacle" et selon moi la très Air-ienne "Would it be the one" que j’ai encore dans la tête, 24 heures après son écoute.

A lire aussi: Sean Lennon - Concert à Bordeaux
_

Lire la suite

13 janvier 2007

Lloyd Bradley - Bass Culture

Si vous avez du temps devant vous (pour vous enfiler 620 pages!) et de l'intérêt pour le reggae, Bass Culture du britannique Lloyd Bradley est indéniablement l'ouvrage de référence pour comprendre la musique jamaïcaine et ses évolutions.
Depuis les sound-systems de Kingston dans les années 50, en passant par le ska et le rocksteady, jusqu'à l'explosion Bob Marley et ses suites, rien n'est omis. De plus, l'auteur développe très largement les arrières-plans sociologique, politique, économique et spirituel qui ont contribuer à forger la musique jamaïcaine et la plus connue d'entre elle (souvent mal connue par ailleurs) : le reggae. C'est dans ce parallèle entre musique et histoire que réside certainement l'intérêt majeur de l'ouvrage.

On apprend notamment dans ce livre comment les rapports entre les USA et la Jamaïque ont conditionné et orienté la création musicale de l'île, comment Marley a donné une visibilité internationale au reggae sans le révolutionner en terme de structure; on y apprend aussi que le reggae, que l'on associe aujourd'hui facilement à la marijuana et à une certaine "cool attitude", a été et reste un véritable chant de lutte de la population noire et des opprimés jamaïcains s'inscrivant dans un contexte mondial de lutte pour la conquête de droits civiques... bref, à chaque page son lot de surprises et de déconstructions d'idées reçues.
Il serait dur de synthétiser un ouvrage aussi dense, aussi je ne tenterai pas le faire et vous dirai simplement pour conclure qu'il s'agit là d'une véritable bible de la musique jamaïcaine à parcourir et reparcourir sans modération.

Fabien.

BRADLEY (Lloyd), Bass Culture, Paris, Editions Allia, 2005, 620 pages, 23€

Acheter sur Amazon ou sur Ebay
Lire la suite

12 janvier 2007

Fatal Bazooka - Fous ta cagoule

Michael Youn est sans aucun doute un homme d'affaire qui sait mener sa barque... Après Les Bratisla Boys, Alphonse Brown et la reprise du classique "Mi sharona" des Ramones (transformée à l'occasion en "Comme des connards"), il récidive une fois de plus avec sa bande de pote pour Fatal bazooka et son titre choc "Fous ta cagoule".
La recette est d'une efficacité hallucinante. La chanson a d'ores et déjà envahi les clubs et bars musicaux, trusté les meilleures ventes de singles et s'est répandu sur les ondes FM comme une éruption allergique sur un joli petit cul.
Mais loin de moi l'idée de critiquer ce business musical qui, s'il ne peut nier sa nature, reste avant tout un moment de déconade et de foutage de gueule, le tout mis en musique de façon propre.
Dans cette perspective, pourquoi ne pas se laisser aller à l'écoute de ce titre qui ravira toujours l'auditoire, particulièrement en soirée.
A écouter :


Lire la suite

10 janvier 2007

Quicksilver Messenger Service - Happy Trails (1969)

Pourquoi Quicksilver Messenger Service ? Et bien parce que tous les membres du groupe sont nés sous des signes astrologiques régis par Mercure, dieu messager mais également métal brillant. Sommet d’acid rock oublié du grand public, Happy Trails fait partie de ces grands albums qui portent une ambiance en eux (la pochette y contribue). On ferme les yeux et on y est, San Francisco, 1969, année bénie par les dieux de la musique où les QMS côtoient lors de leurs soirées et enregistrements leurs amis plus connus, les Grateful Dead et autres Jefferson Airplane. Cet album de guitare, dont l’enregistrement aura été retardé à cause de l’emprisonnement de l’un des ex-membres Dino Vallente, arrêté en trop grande possession de majiruana, réunit lors de cet enregistrement John Cipollina à la guitare, Gary Duncan à la guitare et au chant, David Freiberg à la basse et Greg Elmore à la batterie pour un disque mi-live, mi-studio sur les hauteurs des collines de San francisco.


Sorte d’opéra rock sur le thème de l’amour, l’album commence par un Who do you love Part 1, sorte d’intro instrumentale où la voix de Gary Duncan nous rappelle rien de moins que celle de Monsieur Jim Morrison lors de sa période Blues.
When do you love enchaîne ensuite sur une véritable démonstration de guitare psychédélique de Monsieur Cipollina de plus de 5 min totalement instrumentale, à mi chemin entre la totale impro sous LSD et le bœuf programmé entre potes.
Puis Where you love, peut être le morceau le plus faible pour moi, est complètement expérimental, à la manière des Pink Floyd qui suivront quelques années plus tard. Cipollina semble vouloir tester tous les sons réalisables avec une guitare.
Mais l’enchaînement avec Who you love est à ne pas rater. On assiste ici à un décollage de guitares amené par les claps du public pour une partie encore totalement instrumentale. C’est un des moments forts de l’album.
Ensuite Which do you love laisse place à la basse de Freiberg puis au chant avec la voix trop peu présente sur l’album mais toujours aussi pénétrante de Gary Duncan.
Puis Who do you love Part 2 vient cloturer cet enchaînement dédié à l’amour par un méli mélo de voix hurlantes et envoûtantes.
Pour la première fois la musique s’arrête et Mona repart, sur un rythme lancinant encore une fois très proche de celui des Doors qui s'inspireront d'ailleurs beaucoup de ces groupes.
Maiden of the Cancer Moon revient sur la guitare de Cipollina.
Enfin, un magnifique Calvary de 13 min, très différent du reste de l’album, apporte son lot de guitares latinos façon cow-boy. On s'imagine dans l’ouest sauvage, à cheval, face au soleil couchant. Chanson expérimentale par moment, on croit y entendre les fantômes des terres de l’ouest hurler à la lune dans le bruit du vent.
Happy Trails enfin, très court épilogue d’à peine une minute termine le disque sur quelques notes de ballade country, sorte de retour aux sources, puisque tous les musiciens possèdent un passé de joueur country de bar de nuit.

Happy Trails c’est quasiment 50 min de rock psyché sans coupure mais c’est surtout l’occasion de découvrir un groupe qui aurait pu faire beaucoup plus de bruit s’il ne s’était pas disloqué après 1975, déchiré par les drogues et la forte concurrence anglaise.

Ju.





Lire la suite

Akhenaton - Sol Invictus

Akhenaton_sol_invictus_front S'il n'atteint pas le niveau du premier album d'AKH en solo, "Sol Invictus", deuxième opus du marseillais, reste pour moi un bien joli 19 titres de celui que je couronnerai volontier seigneur du rap français. Celui qui a vu naître le hip hop dans les eighties à NYC perpétue son art de conteur d'histoires. C'est propre, efficace et intelligent. On ne peut que respecter. Tout simplement un des papas du rap frenchy.
La quatrième plage du Cd, "L'assassin au SM", au beat old school est un vrai régal avec le flot impeccable et incisif de Chill. Un petit faible aussi pour le dix-septième titre de l'album "NYC transit"... bref tout est bon chez ce cochon d'Akhenaton.

Fabien

A écouter :

Les deux premiers titres de l'album :



Un petit son oldschool du premier album d'AKH pour ne pas oublier...


Lire la suite

Groundation - Upon the bridge

0826596010021_3 Cinquième production du groupe New-Yorkais Groundation, "Upon the bridge", sorti à l'automne, mérite un joli détour.
Guidé avec délicatesse et humanité par la voix si singulière d'Harrison Stafford et porté par de belles parties cuivres on se laisse facilement balader d'une chanson à l'autre pour un moment de plaisir.
En somme, un bon Cd de reggae aux accents jazzy réalisé avec classe par une bande de musicos talentueux.
Pour ne citer qu'un seul des 11 titres présents : le vibrant "Sleeping bag" au riddim très roots et à la partie vocale aérienne en ravira certainement plus d'un.
Deux des précédents albums de Groundation sont à signaler : l'album "Young Tree" sorti en 2002 avec notamment les deux gros titres "Congress man" et "Dream" (un incontournable), mais aussi l'abum dub "Dub wars".

Fabien

Un petit classique du groupe à écouter :


Lire la suite

Xavier Rudd - Food in the Belly


L'Australie vient à nous avec un artiste très prometteur: Xavier Rudd. A première écoute, on jurerait entendre un nouvel album de Ben Harper. C'est à s'y méprendre, leurs voix sont proches et ils accompagnent tous deux leurs chansons de cette drôle de guitare que l'on manipule à plat sur une table ou sur ses genoux, la guitare Weinsenborn. Mais rapidement les sons finement entremêlés nous rendent compte de la singularité de sa musique.

Tel un peintre, Xavier mélange des teintes héteroclites d'instruments tribaux aborigènes, malinkés et mêmes indiens. L'oeuvre dans son ensemble reflète des tons de blues & folk voire country à la Bob Dylan.

Food in the Belly est le dernier album des 6 qu'il a déjà composé depuis 2001. Les 13 chansons qui le constituent valent toutes le détour. Une petite préférence peut-être pour la première The letter, envoutante par la mélodie de la weinsenborn ponctuée par les rythmiques des tablâs et cette voix posée et chaleureuse que nous offre Xavier Rudd. Pockets of peace qui suit plus tranquille est aussi très agréable grâce à l'apport de la sitar. Je m'attarde aussi sur Energy song pour le bonheur d'écouter une chanson où le didgeridoo y apparaît comme indispensable. Food in the Belly qui a prêté son nom à l'album est aussi très appréciable. On peut profiter enfin de quelques balades à dos de cheval transcrites avec par exemple Connie's song.

Xavier Rudd nous offre un son original aux sources multiples. En concert, il est capable de reproduire la plupart de ses chansons seul ! Entouré d'une grosse caisse, une caisse claire, quelques cymbales, 3 didgeridoos à portée de bouche, djembés et autres percussions il devient sur scène un véritable homme orchestre.

Un extrait:




L'album:

Telecharger ce fichier via neobeBox.com
Lire la suite

05 janvier 2007

Don Bachchan

Profil Bloggeur

_
Chroniques disques :
_
_
Chroniques concerts :
_


Lire la suite

Damien Jones


_
_
Chroniques disques :

_
KristeenYoung - Music for Strippers, Hookers and the Odd On-looker (2009)
_
Chroniques concerts :
_

Lire la suite

Fabien M.

Photo à venir

Description à venir

Profil Blogger

Les chroniques de Fabien M. :

Assassin - Académie mythique (2006)
Kabal - Etats d'âmes (1998)
Socalled - Ghetto-Blaster (2006)
Lire la suite

Tom

Chroniques disques :

Maps & Atlases - Beware and Be Grateful (2012) + live
Porcelain Raft - Strange Weekend (2012)
Real Estate - Days (2001)
The War On Drugs - Slave Ambient (2011)

Ponytail - Do Whatever You Want All The Time (2011)
Ducktails - III : Arcade Dynamics
Wu Lyf - Go Tell Fire To The Mountain (2011)
The Antlers - Burst Apart (2011)
Fleet Foxes - Helplessness Blues (2011)
Mark McGuire - Living With Yourself (2010)
Akron/Family - S/T II: The Cosmic Birth and Journey of Shinju TNT (2011)
Vessels - Helioscope (2011)
Grails - Deep Politics (2011)
Tim Hecker - Ravedeath, 1972 (2011)
Mogwai - Hardcore Will Never Die, But You Will (2011)
Braids - Native Speaker (2011)
Ef - Mourning Golden Morning (2010)

Comptes-rendus de concerts :

Josh T. Pearson + Brook Pridemore - Concert à La Dynamo le 17/04/11
Capush + Edible Woman + Gablé à La Dynamo (Toulouse), le 30/03/11
The Black Angels - Concert au Bikini (13/02/2011)
Lire la suite

Ju


Julien Deverre, 33 ans, disquaire à Aux 33 Tours (Montréal, QC), co-créateur de L'International Records (Paris), promoteur musical à Babylone Promotion, journaliste musical à Longueur d'Ondes mais aussi auteur de BD.

Contact : juliendeverre@desoreillesdansbabylone.com / Tel : 06.61.57.02.08 (Fr) 514-571-6153 (Mtl)

Chroniques de disques (à partir de 2011) :

The Flying Machine - The Flying Machine (1969)
Aut' Chose - Une Nuit Comme Une Autre (1975)
Yatha Sidra - A Meditation Mass (1974)
Witch - Movin' On (2014)
Kenny Rankin - Mind Dusters (1967)
Uncle Acid & The Deadbeats - Mind Control (2014)
Pond - Hobo Rocket (2013)
Steve Mason - Monkey Minds In The Devil's Time (2013)
GIT - Imagination (2011)
Plants And Animals - The End Of That (2012)
Lambchop - Mr M (2012)
The Explorers Club - Grand Hotel (2012)
Cloud Nothings - Attack On Memory (2012)
Django Django - S/t (2012)
Quantic - The Best Of Quantic (2011)
Lone Pigeon - Time Capsule 001-010 (2011)
Someone Still Loves Boris Yeltsin - Tape Club (2011)
Katalyst - Deep Impressions (2011)
Michel Cloup (Duo) - Notre Silence (2011)
Curren$y - Verde Terrace (2011)
The Heads - Relaxing With The Heads (1995)
Nomenklatür - Fascinated By The Chaos (2011)
Mars Red Sky - S/t (2011)
Other Lives - Tamer Animals (2011)
Archers Of Loaf - Icky Mettle (1993)
Kitty, Daisy & Lewis - Smoking In Heaven (2011)
Megafauna - Larger Than Human (2010)
Paul Kalkbrenner - Icke Wieder (2011)
Wraygunn - Ecclesiastes 1.11 (2005)
Suuns - Zeroes QC (2010)
Apollo Brown - Clouds (2011)
Morning Teleportation - Expanding Anyway (2011)
Outrageaous Cherry - Stay Happy (2006)
Connan Mockasin - Forever Dolphin Love (2011)
Panda Bear - Tomboy (2011)
Timber Timbre - Creep On Creepin’ On (2011)
Budam - Man (2011)
Colonna - L’Armata Di L’Ombra (2010)
The Strokes - Angles (2011)
Okkervil River - I Am Very Far (2011)
General Bye Bye - Blood On My Keyboard (2011)
Josh T. Pearson - Last Of The Country Gentlemen (2011)
Bright Eyes - The People’s Key (2011)
Umberto - Prophecy Of The Black Widow (2010)
Wolf People - Steeple (2010)
Grandaddy - The Sophtware Slump (2000)
Various Artists - Compilation Dynamo #1 (2011)
Visti & Meyland - S/t (2010)
Botibol - Born From A Shore (2011)
(more)

Live Reports de concert :

King Gizzard & The Lizard Wizard - Concert au Ritz de Montréal le 11/05/16
Fuzz - Concert au Théâtre Fairmount, Montréal le 17/11/15
Festival Pop Montréal du 16 au 20 Septembre 2015
(more)
I’m From Barcelona - Concert à Bordeaux le 15/10/11
Metronomy - Concert à Barbey le 22 mai 2011
South By Southwest SXSW 2011, Austin, Texas, 15-20 mars
(more)

Chroniques de videos :

Jay Reatard, Better Than Something (2012)
Free Moral Agent - A Mini Documentary (2010)
Joseph Patel & Aaron Brown - New Garage Explosion, In Love With These Times (2010)
Jeff Feuerzeig - The Devil And Daniel Johnston (2005)
Arcade Fire - Miroir Noir, Neon Bible Archives (2009)
Les U.S.A. contre John Lennon - David Leaf & John Scheinfeld (2008)
24 Hour Party People - Michaël Winterbottom (2003)
Across The Universe - Julie Taymor (2007)
The Fearless Freaks, The Flaming Lips - Bradley Beesley (2006)
I'm not there - Todd Haynes (2007)
Walk the line - Johnny Cash
Lire la suite

Vadez

Profil Blogger

Les chroniques de Vadez:

Eels - Concert à la Cigale le 25 Mars 2008
Merz - Moi et Mon Camion (2008)
Hot Chip - Live au Trabendo (mars 2008)
The Buzzcocks - I don't mind the Buzzcocks (1997)

Joy Division - Closer (1980)
Squarepusher - Big Loada Ep (1997)
DMX - Live à l'Elysée Montmartre (Mai 2007)
Kraftwerk - Trans-Europe Express (1977)
Hocus Pocus - 73 Touches (2006)
Aphex Twin - Windowlicker (1999)
Goldie - Timeless
Pull Up remix! Million Dan au Nouveau Casino. Deja Mythique
Tangerine Dream - Stratosfear
Lire la suite

Yann

Description à venir

Profil blogger

Les chroniques de Yann:

Tsar - Band Girls Money (2005)
Aynsley Lister - Live (2004)
Lire la suite

Charles

Photo
(prochainement)

Description
(prochainement)

Profil Blogger

Les chroniques de Charles:

Festival Express - 1970
Muddy Waters - Hard Again (1977)
Jeff Buckley - Live à l'Olympia (2001)
Charlotte Gainsbourg - 5:55
Van Morrison - Astral Weeks
Xavier Rudd - Food in the Belly
Lire la suite

Tony B.

description (à venir)


Lire la suite

Antoine

Lien
Les chroniques disque :

Harvey Sutherland - Brothers (2014)
Daft Punk - Random Access Memories (2013)
David August - Times (2013)
S3A (Sampling As An Art) – Holdin’ On EP (2012)
DJ Koze - Amygdala (2013)
The New Tower Generation - House (2012)
2DeepSoul - Earth Energy pt. 1 (2012)
The Florian Müller Project - Just For Fun EP (2012)
Various Artists ‎– Anthology Of American Folk Music (1952)
Nuyorican Soul - Nuyorican Soul (1996)
Citizen - Deep End (2012)
2Pac - Me Against The World (1995)
James Welsh - Air Valley (2012)
Rootstrax - Harlequin (2011)

Ted Lucas - Ted Lucas (1975)
Fred P. - The Incredible Adventure Of Captain P (2010)
Brightblack Morning Light - Brightblack Morning Light (2006)
Exodus Quartet - Way Out There (1996)
John Beltran - Ambient Selections 1995 - 2011 (2011)
Owiny Sigoma Band – Wires (2011)
Mr Raoul K - Introducing My World (2011)
Four Tet - There is Love in You (2010)
Baby Face Willette - Face to Face (1961)
Nightmares on Wax - Smoker's Delight (1995)
Syclops - I've Got My Eyes On You (2008)
The Orb - U.F.Orb (1992)
Andy Ash - Carnival de L'Spirit (2008)
The Organ - Thieves (2008)
Kenny Larkin - Keys, Strings, Tambourines (2008)
Guillaume & The Coutu Dumonts - I Was On My Way To Hell (2008)

Oasis - Dig Out Your Soul (2008)
Linkwood Family - Miles Away (2004)
Clifford Jordan - Glass Bead Games (1974)
Ratatat - LP3 (2008)
Pluxus - Solid State (2008)
Kreon & Lemos - Lookooshere Remixed (2008)
Jona - Manta (2008)
Francesco Tristano - The Melody (2008)
Ali Renault - Zombie Raffle / Ape Into Jam - 1972 (2007)
Dinosaur - Kiss Me Again (1979)
Hank Mobley - Workout (1961)
2for5 – Broke Minds Think Alike (2004)
Four Tet - Dialogue (1999)
Ratatat - Classics (2006)
Leslie Winer - Witch (1999)

Les chroniques concert :

Festival des Artefacts - Strasbourg, journée du 18 avril 2008
Laibach - Concert à la Laiterie (Strasbourg)

Les interviews :

Interview - Variety Lab
Interview - Kidsaredead
Interview - Ashkenaton

Les événements :

In(Fine) - Court-métrage
Ratatat : nouvel album !
Lire la suite

Dice Jr.

Photo à venir

Description à venir

Profil Blogger

Les chroniques de Dice Jr. :

MSTRKRFT - Bounce/Vuvuvu (2008)
Justice - D.V.N.O (2008)
Barry White - Standing In The Shadows Of Love (1973)
Minnie Riperton - Perfect Angel / Adventures in Paradise (1974/1975)
Los Hermanos - On another level


Lire la suite

MArtin

Photo à venir

Description à venir

Profil Blogger

Les chroniques de Martin:

Molecule - In Dub V1.0
Junior Cony – Peace Monger (2006)
Manjul - Jahtiguiya - Dub to Mali vol. 2 (2007)
Ridan - L'ange de mon démon (2007)

Kiddus I - Inna de Yard (2005)
Lire la suite

Dave

Dave Kouliche - 33 ans
Journaliste, Disquaire, Paris
06 16 44 55 10
dave@linternationalrecords.com
davekouliche@desoreillesdansbabylone.com


Les chroniques disque de Dave:

Gigi Masin - Talk To The Sea (2014)
Living Music - To Allen Ginsberg (1971)
HNNY - Mys / Kela (2013)
Dunkelziffer - Retrospection Obi Set (2013)
Kyodai - Breaking (2012)
Le K - Freewheel (2012)
Ben & The Platano Group - Paris Soul (1971)
Lauer - Phillips (2012)
VA - Personal Space : Electronic Soul 1974-1984 (2012)
The Burrell Brothers - The Nu Groove Years 1988-1992 (2012)
Bernard Estardy - La Formule du Baron (1969 / 2010)
Mr. Beatnick - Sun Goddess (2012)
I:Cube - "M" Megamix (2012)
EOD - Utrecht (2010)
Akufen - Battlestar Galacticlown (2012)
Souleance - La Belle Vie (2012)
Pépé Bradock - Imbroglios Part 1 (2012)
Nicholas - Still Playing House (2012)
Lee Fields & The Expressions - Faithful Man (2012)
I:Cube - Cubo Edits (2012)

VA - Music For Dancefloors : The Cream Of The Chappell Music Library Sessions (2001)
Steve Hauschildt - Tragedy & Geometry (2011)

Floating Points - Shadows EP (2011)
Oneohtrix Point Never - Replica (2011)
Paradis - Parfait Tirage EP (2011)
Peter Visti - Love Is The Key (2011)
Reggie Dokes - Once Again (2011)
Big K.R.I.T. - Return Of 4Eva (2011)
DJ Quik - The Book Of David (2011)
Robag Wruhme - Thora Vukk (2011)
K-S.H.E. - Routes Not Roots (2011)
Ghost Note - Kapwa (2011)
Knowing Looks - Abandoned Skip / Last Kiss At The Plains Hotel (2011)
Jacques Greene - Another Girl EP (2011)
Koreless - 4D - MTI (2011)
Genius Of Time - Drifting Back / Houston We Have A Problem (2011)
Nôze - Dring (2011)
Charles Bradley - No Time For Dreaming (2011)
VA - ESP Institute - Concentration Vol.1 (2010)
Blondes - Touched EP (2010)
Gala Drop - Overcoat Heat EP (2010)
DJ Nature - Foggy Sunday Morning (2010)
XXXY - You Always Start It / Ordinary Things (2011)
Jacques Greene - The Look EP (2010)
James Blake - s/t (2011)
Red Rack'em - All I Ever Wanted (2010)
Genius of Time - Gliese 581g (2011)
Pulshar - Inside (2010)
Mount Kimbie - Crooks & Lovers (2010)
Asa-Chang & Junray - Hana (2001)
Fred Neil - The Many Sides Of Fred Neil (1998)
Francis Inferno Orchestra - Meet Me In Salt Lake City (2010)
Clown & Sunset - Inès LP (2010)
Horror. Inc - Aurore (2010)
Ark - Arkuarium EP (2010)
Tropics - Soft Vision EP (2010)
James Blake - Klavierwerke (2010)
Emeralds - Does It Look Like I'm Here ? (2010)
Teengirl Fantasy - 7 AM (2010)
Brandt Brauer Frick - Paino Shakur EP (2010)
Nicolas Jaar - Marks & Angles (2010)
Javelin - No Mas (2010)
KiNK/Iron Curtis/Ladzinski - Halal Prepared Vol.1 (2010)
Trus'me - In The Red (2009)
Nicolas Jaar - Time For Us (2010)
House of House - Rushing To Paradise (2009)
Rene Breitbarth - Soul Bytes (2010)
José James - Blackmagic Remixes (2009)
KiNK - Psyche Funk (2009)
Linkwood - System (2009)
Floating Points - Vacuum EP (2009)
Etienne Jaumet - Night Music (2009)
Ochre - Like Dust of the Balance (2009)
Lindstrom & Prins Thomas - II (2009)
Pepe Bradock - Swimsuit Issue 1789 (2009)
Pepe Bradock - Confiote de Bits / A Remix Collection (2009)
Speech Debelle - Speech Therapy (2009)
Jazz Liberatorz - Fruit Of The Past (2009)
Pajo - Scream With Me (2009)
Lee Fields & The Expressions - My World (2009)
John Daly - Sea & Sky (2009)
Peter Kruder - Private Collection, G-Stone Master Series N°1 (2009)
DJ Koze - Mrs. Bojangles (2009)
Black Moth Super Rainbow - Eating Us (2009)
The Field - Yesterday And Today (2009)
Masomenos - The Third Eye (2009)
Fink - Sort Of Revolution (2009)
Lindstrom & Prins Thomas - Tirsdagsjam EP (2009)
Aceyalone - Aceyalone & The Lonely Ones (2009)
Flanger - Inner Space / Outer Space (2001)
Leon Thomas - Spirits of the Known and the Unknown (1969)
Culoe De Song - The Bright Forest EP (2009)
dOP - The Genius of the Crowd (2009)
DOOM - Born Like This (2009)
Carlos Nino & Miguel Atwood-Ferguson - Suite For Ma Dukes (2009)
Moody (AKA Moodymann) - Anotha Black Sunday (2009)
Lee Perry - Arkology (1997)
Laurent Garnier - Gnanmankoudji (2009)
Zombi - Spirit Animal (2009)
Tokyo Black Star - Black Ships (2009)
The Detroit Experiment - Think Twice / Henrik Schwarz Remixes (2009)
Pigeon Funk - The Largest Bird In The History Of The Planet... Ever! (2008)
Hudson Mohawke - Polyfolk Dance EP (2009)
DJ Koze - Reincarnations (The Remix Chapter 2001-2009)
Yagya - Rigning (2009)
Sideshow ft Paul Saint Hilaire - If Alone (2009)
Glenn Underground - Silent (2009)
dOP - Blanche Neige EP (2009)
Birdengine - The Black Dictaphone EP (2009)
Black Moth Super Rainbow - Don't you want to be in a Cult ? w/ Feel the Drip (2009)
Gui Boratto - Atomic Soda EP (2009)
Animal Collective - Merriweather Post Pavilion (2009)
Flying Lotus - L.A. EP 2x3 (2008)
Sun Ra - Disco 3000/Complete Milan Concert (1978/2007)
VA - Versatile 2008
Cat Power - Dark End Of The Street (2008)
Kuniyuki Takahashi - Remixed (2008)
Windsurf - Coastlines (2008)
Unabombers present Electric Chair RIP EP (2008)
Reggie Dokes - Rain Redemptive Love EP (2008)
Various Artists - Prime Numbers (2008)
Matt Elliott - Howling Songs (2008)
Guillaume & the Coutu Dumonts - L'Eté des Indiens (2008)
Mr Oizo - Lambs Anger (2008)
Black Science Orchestra - Walter's Room (1996/réédition 2008)
Fabric 43 - Metro Area (2008)
Slick Rick - The Great Adventures of Slick Rick (1988)
Morgan Geist - Detroit / Carl Craig Remixes (2008)
A Tribute to... Fila Brazillia (1991-2007)
Hatchback - Colors of the Sun (2008)
Le Syndicat Electronique - Philosophie (2003)
Kuniyuki remixed Vol.3 - Henrik Schwarz & Tony Lionni (2008)
The Stance Brothers - Kind Soul (2007)
Lindstr
øm - Where you go I go too (2008)
Morgan Geist - Double night time (2008)
SDA - Vous êtes un arbre (1992)
X-Men - J'attaque du mike / Diable Rouge (1996)
Morgan Geist - The driving memoirs (1997)
Beat Pharmacy - Drifter (2008)
Jazz Liberatorz - Clin d'oeil (2008)
Seth Troxler & Patrick Russell - Valt Trax (2008)
Poni Hoax - Images of Sigrid (2008)
Think Twice - Coco killed me (2008)
Nôze - Songs on the rocks (2008)
Portishead - Third (2008)
Gonzales - Working together / Boys Noize mixes (2008)

Larry Levan - Larry Levan's Paradise Garage (1980)
Dr Dre - 86 in the mix (1987)
Digable Planets - Reachin (a new refutation of time and space) (1993)
Jamie Lloyd - Trouble within remixes 2 : Drumpoet Community mixes (2008)
Guillaume & the Coutu Dumonts - Petits djinns (2007)
Horace Silver Quintet - Song for my father (1964)
Etienne Jaumet - Repeat again after me (2007)
Papa M - Whatever, Mortal (2001)
Styrax/ Various Artists - In Loving Memory 3:4 + BVdub - Requited Love (2007)
Cobblestone Jazz - 23 Seconds (2007)
Twisted Charm - Real Fictional (2007)
David Lynch's Inland Empire Soundtrack (2007)
Laurie Anderson - O Superman (1981/2007)
Gui Boratto - Chromophobia Remixe Part 1 (2007)
Bunny Wailer - Back to school (1982/2007)
Tuxedomoon - Half Mute/Scream with a view (1979/1980)
Mark Murphy - Love is what stays (Henrik Schwarz remix) & Henrik Schwarz - Walk Music EP (2007)
Pantha du Prince - This Bliss (2007)
Motorbass - Pansoul (1996)
Makossa + Megablast - Kunuaka (2007)
Noze - Remember Love (2007)
Prince - Black Album (1987 / 1994)
Air - Pocket Symphony (2007)
Gui Boratto - Chromophobia (2007)
Trentemoller - The Last Resort (2006)
Mal Waldron - One More Time (2002)
Platinum Pied Pipers - Triple P (2005)
Marvin Gaye - Trouble Man (B.O.)
Katapult - Various Artists vol.3 (2007)
The Clash - From London To Jamaica (Live in Kingston, 27/11/82)
Godspeed You Black Emperor! - Lift your skinny fists like antennas to heaven!
The Pharcyde - Bizarre Ride II The Pharcyde
Marc Leclair - Musique pour trois femmes enceintes

Les chroniques concert de Dave:

Gonzaï III - Damo Suzuki, Publicist, Aquaserge et Judah Warsky à la Maroquinerie (09/03/2012)
Teengirl Fantasy au Point FMR (03/02/2011)
Aufgang au Café de la Danse (19/11/2009)
Nuits électroniques de l'Ososphère / Strasbourg - 11e édition (26-27/09/2008)
Gui Boratto live au Panorama Bar - Berlin (08/08/2008)
Jeff Mills au Rex - Automatik 10 ans limited (19/01/2008)
Cat Power au Bataclan (21/01/2008)

Les interviews de Dave:

Interview - Think Twice
Interview - Bvdub
Interview - Poney Poney
Interview - dOP

Interview - Revolver
Interview - Almost (Supra Records)
Interview - Turzi

Les chroniques books de Dave:

Laurent de Wilde - Monk (1996)
SH Fernando Jr - The New Beats - Musique, culture et attitudes du hip-hop (1993/2008)

Les chroniques DVD de Dave:

Charlotte Zwerin - Thelonious Monk: Straight, No Chaser (1988)

Les "News" de Dave:
Villette Sonique 2012
Top Dodb 2009

A Night In Paris II, le 30/04/2009 à l'Elysée-Montmartre
A Night in Detroit III, le 13/02/09 au Showcase
Animal Collective en tournée française (2009)
M. Ward au Café de la Danse le 26 février 2009
A Night in Detroit II, le 28/11/08 au Bataclan
WBMX & WGCI Old school mix sets (1983 - 1990)
Carl Craig à la Cité de la Musique le 18/10/2008 - Concert dispo en streaming
Festival Rock the Bells le 10 novembre 2008 au Zénith
A Night in Detroit, le 24/10/08 au Bataclan
Nuits électroniques de l'Ososphère 2008
"Does the world need another indie band ? - Article de Tim Walker
Inauguration du Social Club (16/01/2008)

Profil Blogger
Lire la suite